Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de l'audience générale du 10 septembre 2020 Le Pape François lors de l'audience générale du 10 septembre 2020  (Vatican Media)

Migrants: l'appel du Pape à la solidarité et à «la responsabilité partagée»

Le Saint-Père a reçu ce jeudi midi des participants au projet “Snapshots from the Borders”, ainsi que le maire de Lampedusa et Linusa, coordinateur de ce projet lié au développement d’une politique migratoire «plus humaine et coordonnée». Le Pape les a encouragés à travailler ensemble pour «la culture de la rencontre et de la solidarité», réponse adaptée face aux défis et aux drames liés aux migrations.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Alors que deux incendies successifs ont ravagé le camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, rendant encore plus vulnérables les 12 700 réfugiés qui s’y abritaient, c’est un nouvel appel à la solidarité qu’a lancé le Saint-Père ce 10 septembre, lors de cette audience faisant écho en filigrane à une actualité tragique.

La solidarité plutôt que les murs

Une cinquantaine de membres de “Snapshots from the Borders” étaient présents, ainsi que Salvatore Martello, maire de Lampedusa et Linusa, coordinateur de ce projet de trois ans cofinancé par l'Union européenne visant à créer un réseau de municipalités, d’autorités frontalières locales et d’organisations de la société civile œuvrant en partenariat pour une politique de migration et d'asile inclusive. Un projet «tourné vers l’avenir», a souligné le Pape François, alors que «le scénario migratoire actuel est complexe et présente souvent des aspects dramatiques». «Personne ne peut rester indifférent aux tragédies humaines qui continuent de se consumer en diverses régions du monde», en particulier en Méditerranée, a ajouté le Souverain Pontife, avant de citer quelques extraits de son discours prononcé en février dernier lors de la rencontre des évêques de la Méditerranée à Bari:  «Certes, l’accueil et une intégration digne sont des étapes d’un processus qui n’est pas facile. Cependant, il est impensable de s’y engager en construisant des murs», a rappelé François.

L’Église en première ligne pour relever les défis

Et le Pape de s’arrêter sur la manière dont affronter le défi des migrations: par «la solidarité concrète et la responsabilité partagée, que ce soit au niveau national ou international», en mettant «au centre les personnes, les visages, les histoires», en développant de nouvelles approches visant à un «nouvel humanisme», entendu «non seulement comme une philosophie de vie, mais aussi comme une spiritualité et un style de comportement».

Comme l’a expliqué François, «les habitants des villes et des territoires de frontières – les sociétés, les communautés, les Églises -, sont appelés à être les premiers acteurs de ce tournant, grâce aux continuelles opportunités de rencontre que leur offre l’histoire». Aussi, les frontières ne doivent-elles pas être des «barrières de division», mais des «fenêtres» par lesquelles un «enrichissement réciproque» et une «communion dans la diversité» sont possibles.

Le Saint-Père a conclu son allocution en encourageant ses hôtes à «continuer de travailler ensemble pour la culture de la rencontre et de la solidarité»

10 septembre 2020, 12:37