Recherche

Vatican News
Mgr Luiz Fernando Lisboa, évêque de Pemba, ville portuaire du Mozambique et chef-lieu de la province de Cabo Delgado. Mgr Luiz Fernando Lisboa, évêque de Pemba, ville portuaire du Mozambique et chef-lieu de la province de Cabo Delgado.  

Mozambique: le Pape téléphone à l'évêque de Pemba

Le Pape François est préoccupé par la situation humanitaire en constante dégradation dans la province nord du Mozambique, le Cabo Delgado en proie à des insurrections islamistes. François a ainsi téléphoné à l’évêque de Pemba dans cette province septentrionale, mercredi 19 août, l’assurant de toute sa proximité.

Paul Samasumo et Bernardo Suate - Cité du Vatican

C’est un appel téléphonique inattendu qu’a reçu mercredi matin l'évêque de Pemba au Mozambique, Mgr Fernando Lisboa. 

«J'ai reçu un appel du Pape qui m'a beaucoup rassuré et consolé. Dans cet appel, le Pape a exprimé sa proximité avec l'évêque et avec les habitants de la région de Cabo Delgado. Le Saint-Père a dit suivre les événements de notre province avec une grande inquiétude et de prier constamment pour nous. Il m'a également dit que s'il pouvait faire autre chose, nous ne devrions pas hésiter à lui demander. Il est prêt à marcher avec nous. Je lui ai aussi exprimé ma profonde gratitude pour son geste et lui ai dit combien nous lui sommes reconnaissants lorsque, le dimanche de Pâques 12 avril, il a prié pour Cabo Delgado lors de la bénédiction d'Urbi et Orbi. Je lui ai dit que sa référence à la crise humanitaire dans notre province a sensibilisé d'autres personnes à notre situation. Nous voyons que plusieurs congrégations, certaines organisations (humanitaires), de nombreuses personnes commencent à collaborer. Je lui ai dit : "Saint-Père, vous avez mis Cabo Delgado sur la carte du monde», a raconté l'évêque de Pemba à Vatican News. 

 

La prise djihadiste de la ville portuaire de Mocimboa da Praia

Mgr Fernando Lisboa a également déclaré avoir informé le Pape François de la situation dans la ville portuaire de Mocimboa da Praia, qui a été occupée par des militants djihadistes qui seraient liés à l'organisation de l’État islamique (EI).

«J'ai parlé au Saint-Père de la ville portuaire de Mocimboa da Praia, qui a été prise par les djihadistes, et du fait que nous n'avons plus de nouvelles de deux de nos religieuses dans cette ville. Ce sont deux sœurs de la Congrégation internationale des Sœurs de Saint-Joseph de Chambéry». L’évêque a souligné la profonde tristesse du Pape à ce sujet et sa promesse de prier pour eux.

Revenant sur le contenu de l'échange téléphoniqueavec le Pape, Mgr Fernando Lisboa a ajouté qu'à la fin de l'appel, François a rappelé sa visite au Mozambique il y a un an et combien la situation au Cabo Delgado était déjà difficile à l'époque. «Il m'a encouragé, a ajouté l'évêque, à contacter le Cardinal Michael Czerny, du Dicastère pour le service du développement humain intégral, afin d’obtenir de l'aide sur le front de l'assistance humanitaire». «Adelante!», ainsi le Pape a conclu la conversation avec ce mot d’encouragement espagnole: «Allez-y, alors, et gardez la foi ferme.»

Des attaques qui se multiplient

La province à majorité musulmane du Cabo Delgado, dont Pemba est le chef-lieu, est le théâtre depuis près de trois ans d'une insurrection islamiste qui a causé la mort de plus de 1 500 personnes et fait plus de 250 000 déplacés, selon des ONG et l'ONU. Cette province, la plus septentrionale du Mozambique, limitrophe de la Tanzanie, affiche un taux de pauvreté élevé, en dépit d’importantes ressources naturelles. Des experts y voient un potentiel «Qatar africain», qui aurait de quoi devenir l'un des premiers exportateurs mondiaux de gaz naturel.

 

21 août 2020, 10:54