Recherche

Vatican News
Libanais sur un marché de Sabra, dans la banlieue de Beyrouth Libanais sur un marché de Sabra, dans la banlieue de Beyrouth 

Aide extraordinaire du Pape pour le Liban

Le Pape François donne 200 000 dollars pour financer 400 bourses d'étude. Cette somme s'ajoute aux aides déjà versées par la Congrégation pour les Églises orientales via son Fonds d'urgence pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Le Liban demeure dans le cœur du Pape François. Ce «pays message», comme l'avait défini saint Jean-Paul II, où Benoît XVI avait promulgué l'exhortation post-synodale «Ecclesia in Medio Oriente», traverse en cette année de centenaire du «Grand Liban» une grave crise causant de grandes souffrances, une augmentation de la pauvreté et le risque, pour les plus jeunes, de se faire «voler l'espérance».

Une note diffusée par la Salle de Presse du Saint-Siège précise que dans ce contexte, il devient plus difficile d'assurer aux enfants libanais un accès à l'éducation qui, surtout dans les petites communes, est toujours garanti par les institutions ecclésiastiques.

C'est pourquoi le Saint-Père, via la Secrétairerie d'État et la Congrégation pour les Églises orientales, a décidé d'envoyer à la nonciature apostolique la somme de 200 000 dollars pour soutenir 400 bourses d'étude «dans l'espoir que puisse se réaliser une alliance de solidarité et avec le souhait que tous les acteurs nationaux et internationaux poursuivent de manière responsable la recherche du bien commun, dépassant toute division ou intérêt de parties». Cette aide extraordinaire du Pape s'ajoute à l'argent déjà mobilisé par le Fonds d'urgence de la Congrégation pour les Églises orientales pour faire face à la pandémie de Covid-19. 

Le Liban est de nouveau confiné depuis ce mercredi 13 mai jusqu'à lundi 18 mai au matin à cause d'une reprise du nombre de contaminations au coronavirus. Les mesures drastiques prises à la mi-mars avaient été assouplies fin avril. Le pays était rentré lundi dans la troisième phase d'assouplissement des mesures, avec en ligne de mire la réouverture progressive des établissements scolaires à partir du 25 mai et celle de l'aéroport le 8 juin. Le Liban a recensé moins de 900 infections et 26 décès jusqu'à présent. 

Mgr Joseph Spiteri, nonce apostolique à Beyrouth se réjouit de ce geste du Pape François envers les Libanais. Il revient aussi sur les signes d’espérance au Pays du Cèdre alors que les défis économiques, sociaux et politiques sont nombreux

Mgr Joseph Spiteri, nonce apostolique au Liban

Propos recueillis par Olivier Bonnel. 

14 mai 2020, 12:30