Recherche

Vatican News
Le Pape embrasse l'autel lors de la Vigile pascale, le samedi 11 avril 2020 à la basilique Saint-Pierre. Le Pape embrasse l'autel lors de la Vigile pascale, le samedi 11 avril 2020 à la basilique Saint-Pierre.  (Vatican Media)

Un Triduum sous le signe de la souffrance, de l’espérance et de la conversion

Ce Triduum pascal avait une tonalité toute particulière, en pleine pandémie de coronavirus. Depuis la basilique Saint-Pierre déserte, la voix du Pape a resonné dans le monde entier, porteuse d’un message d’espérance et d’un appel à la conversion.

Hélène Destombes - Cité du Vatican

Toutes les célébrations de ce Triduum pascal avaient été repensées par le bureau des célébrations liturgiques. Elles se sont tenues cette année sans les dizaines de milliers de pèlerins venus du monde entier qui habituellement font le chemin jusqu’à Rome pour vivre aux côtés du Pape ce temps de montée vers Pâques.

La messe In Cœna Domini du Jeudi Saint, la célébration de la Passion Vendredi Saint et la messe du Dimanche de Pâques ce 12 avril, se sont déroulées au cœur d’une basilique Saint-Pierre quasiment vide, dans une atmosphère extrêmement sobre et d’une particulière gravité. L’assemblée était composée d’une dizaine de fidèles: religieux et laïcs, qui se tenaient à distance les uns des autres. Des images inédites, l’année dernière quelques 70 000 personnes étaient rassemblées Place Saint-Pierre lors la messe de Pâques.

Les fidèles, confinés, étaient absents physiquement mais ils n’ont jamais été aussi nombreux à suivre ces célébrations à travers les médias du Vatican. En ces jours sombres, où chacun expérimente sa propre traversée du désert, la parole du Pape François est très attendue, y compris chez les non croyants, et agit comme un baume apaisant sur des plaies ouvertes. Plaies de notre humanité blessée, «accablée», qui à travers le Ressuscité deviennent «fissures d’espérance».

Le silence face à un monde traversé par la souffrance

Il y a eu de nombreux silences durant ce Triduum, des silences qui emplissaient tout l’espace. Le Pape, qui est apparu très seul, parfois presque en retrait comme lors du Vendredi Saint où il a choisi de ne pas prendre la parole au terme du chemin de Croix, semblait embrasser, prendre sur ses épaules, le poids des souffrances du monde, en ce temps de pandémie.

 

Douleurs de toutes les personnes atteintes à différents niveaux, humain, social, économique: les prêtres, à qui le Saint-Père a rendu hommage le Jeudi Saint -en Italie plus de 100 prêtres sont morts depuis le début de l’épidémie- les malades, les familles ayant perdu un proche, le personnel médical, et tous ceux qui sont en première ligne dans le combat contre la maladie.

Des images très fortes sont arrivées dans les foyers privés de convivialité et de célébrations, comme ce Vendredi Saint. Le chemin de Croix n’a pas eu lieu cette année au Colisée devant un parterre de fidèles illuminant le ciel romain de leur cierge mais sur une Place Saint-Pierre quasi déserte, à la lueur des flambeaux.

Conquérir notre droit à l’espérance

Les méditations, confiées à l’aumônerie d’une prison de Padoue, étaient d’une grande intensité, très personnelles, intimes pour certaines, rédigées par des détenus, les parents d’une jeune fille assassinée, une femme dont le père a été condamné à la perpétuité, un prêtre qui a passé dix ans en prison avant d’être acquitté. Des récits de vies brisées mais transformées par l’Amour, la miséricorde de Dieu.

Une espérance dont le Pape s’est fait le messager durant ce Triduum, accompagné par le crucifix de San Marcello al Corso qui en 1522 fut porté en procession à Rome pour vaincre la grande peste. Ce même Christ fouetté par la pluie le 27 mars dernier lors de la prière et de la bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle voulues par le Pape face à la pandémie de Covid-19 qui gagnait de nombreux pays.

 

Lors de la Vigile du Samedi saint, le Pape François nous a rappelé notre droit fondamental à l’espérance, exhortant, le jour de Pâques, à une contagion de l’espérance. Dans son message, Urbi et Orbi, délivré depuis la basilique Saint-Pierre et non pas depuis la loggia, il a également appelé à bannir l’indifférence, l’égoïsme, la division, l’oubli et s’est adressé directement à l’Europe qui doit relever le défi de la solidarité.

Changer de paradigme

Le Saint-Père a, une nouvelle fois, réclamé un cessez-le feu mondial, la levée des sanctions internationales qui pèsent sur certains Etats, mais aussi la réduction ou la remise de la dette des pays les plus pauvres. Alors que le bateau humanité semble prendre l’eau de toutes parts, le Pape François, tenant fermement le gouvernail, propose de construire une maison commune sur le roc dont les fondations sont le Christ.

N’est-ce pas, en quelque sorte, une boussole pour traverser cette crise mondiale inédite et bâtir un autre monde ? Un appel à nous recentrer sur les fondamentaux - protection de la vie, fraternité, solidarité - à repenser nos priorités, notre manière de vivre, de consommer, d’interagir en ayant, et le Pape nous y invite depuis le début de son pontificat, le souci les uns des autres - en particulier des personnes les plus vulnérables - mais aussi, et la période y est particulièrement favorable, de la Création, le regard toujours tourné vers le Seigneur.  

14 avril 2020, 14:05