Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de l'Angélus du 2 février 2020. Le Pape François lors de l'Angélus du 2 février 2020.   (Vatican Media)

Angélus: le sens de l’émerveillement favorise l’expérience religieuse

Avant de réciter la prière de l’Angélus place saint-Pierre en cette fête de la Présentation du Seigneur, le Pape François est revenu sur l'attitude chrétienne «de l’émerveillement», qui nous emmène vers le mouvement du don.

 «L'Évangile (cf. Lc 2, 22-40) nous dit que, quarante jours après sa naissance, les parents de Jésus ont amené l'Enfant à Jérusalem pour le consacrer à Dieu, comme le prescrit la loi juive», a d’abord affirmé le Saint-Père, attirant l’attention sur Marie, Joseph, Syméon et Anne, en particulier. Ils représentent «des modèles d'accueil et de don de leur propre vie à Dieu».

L'évangéliste Luc les décrit tous dans une double attitude: de mouvement et d'étonnement.

Dynamisme et disponibilité de la vie chrétienne

Le mouvement, car Marie et Joseph marchent vers Jérusalem, tandis que Syméon, «mu par l'Esprit, se rend au temple», et Anne «sert Dieu jour et nuit, sans cesse».

Ils nous montrent que la vie chrétienne exige du dynamisme et de la disponibilité pour marcher, a affirmé François.

En effet, l'immobilisme ne convient pas au témoignage chrétien et à la mission de l'Église, a poursuivi le Pape.

«Le monde a besoin de chrétiens qui se laissent émouvoir, qui ne se fatiguent pas de parcourir les routes de la vie, pour apporter à tous la parole consolatrice de Jésus. Tout baptisé a reçu la vocation d'annoncer, la mission d'évangéliser!»

S’émerveiller des choses qui nous entourent

De ce fait, les paroisses et les différentes communautés ecclésiales sont appelées «à favoriser l'engagement des jeunes», des familles et des personnes âgées, afin que tous puissent faire une expérience chrétienne, en vivant personnellement la vie et la mission de l'Église.

Quant à l’étonnement, le Souverain Pontife évoque «ces figures de croyants sont enveloppées de stupéfaction, car elles se sont laissées capturer et impliquer par les événements qui se déroulaient sous leurs yeux». Le Saint-Père a insisté sur cette «capacité à s'émerveiller des choses» qui nous entourent, car «elle favorise l'expérience religieuse et rend fructueuse la rencontre avec le Seigneur».

Au contraire, l'incapacité à s'étonner nous rend «indifférents et allonge la distance entre le chemin de la foi et la vie quotidienne», en a conclu François, exhortant tous les fidèles à «se laisser emmener par le mouvement du don».

02 février 2020, 12:12