Recherche

Vatican News
Le Pape en conversation avec le président Alberto Fernandez, le 31 janvier 2020. Le Pape en conversation avec le président Alberto Fernandez, le 31 janvier 2020.  (Vatican Media)

Le Pape François a reçu le nouveau président de l’Argentine

Quelques semaines après sa prise de fonction à Buenos Aires, le président Alberto Fernandez a réservé l’un de ses premiers déplacements internationaux à son compatriote devenu évêque de Rome.

L’entretien avec le Chef de l’État argentin et le Pape François a permis d’aborder, durant une quarantaine de minutes, les thèmes brûlants de l’actualité de ce grand pays latino-américain, notamment «la crise économique et financière, la lutte contre la pauvreté, la corruption, le narcotrafic, et la promotion sociale».

Le traditionnel communiqué de la Salle de Presse du Saint-Siège évoque aussi, parmi les thèmes abordés, «la contribution significative de l’Église catholique en faveur de toute la société argentine,  spécialement les parties les plus vulnérables de la population».

Le président a ensuite rencontré le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État, accompagné par Mgr Mirosław Wachowski, sous-secrétaire pour les Relations avec les États. Dans ces rencontres ont été soulignées les «bonnes relations qui existent entre le Saint-Siège et la République d’Argentine». Alberto Fernandez et le cardinal Parolin ont aussi échangé à propos de «la protection de la vie depuis sa conception». 

Précisions sur le contenu des entretiens

Après la publication du communiqué sur l'audience, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, répondant aux questions de quelques journalistes, a précisé que «tous les thèmes mentionnés dans le communiqué sur l'audience avec le Président de la République argentine n'ont pas été abordés pendant tous les entretiens: certains ont été examinés au cours de celui avec la Secrétairerie d'État, d'autres au cours de celui avec le Saint-Père».

Pour sa part, lors d'une conférence de presse avec des journalistes, le président argentin Alberto Fernandez a déclaré que certaines questions, comme celle de la défense de la vie, n'avaient pas été abordées dans la conversation avec le Pape mais dans celle qui a suivi, avec les supérieurs de la Secrétairerie d'État.

(Article mis à jour le 01/02/2020 à 10h07)

31 janvier 2020, 15:22