Recherche

Vatican News
Une bonne partie de ces incendies demeure incontrôlable. Une bonne partie de ces incendies demeure incontrôlable.  (AFP or licensors)

Le Pape appelle à prier pour l’Australie

Devant un groupes de fidèles australiens présents à l’audience générale ce mercredi, le Pape a appelé à prier pour le pays, ravagé depuis des mois par de spectaculaires incendies.

«Je voudrais demander à tous de prier le Seigneur afin qu’Il aide le peuple (australien) en ce moment difficile, avec  ce feu si fort» a déclaré le Pape, avant de se dire proche de tous les habitants de l’ile-continent.

 

L’Australie se débat depuis septembre avec des incendies monstrueux qui ont dévasté de larges zones dans l’Est et le Sud. Les conséquences de ces centaines feux de brousse et de forêt, attisés par des températures caniculaires et une dure sècheresse, s’annoncent d’ores et déjà vertigineuses : ils ont détruit 80 000 km2 de territoire, -soit l’équivalent en superficie de l’Irlande-, brûlé des milliers de maisons et tué 26 personnes. Mais c’est l’exceptionnelle biodiversité du pays qui paient un lourd tribut : des chercheurs estiment qu’1 milliard d’animaux ont été tués dans tout le pays. Cette vie sauvage ne devrait pas s’en remettre avant une quarantaine d’années.

Les autorités de Camberra décriées 

Mais aujourd’hui, l’urgence est de sauver des vies humaines. Des dizaines de milliers d’évacuations ont ainsi été ordonnées depuis la semaine dernière, notamment en Nouvelle Galles-du Sud, l’État le plus peuplé et le plus touché. Les autorités fédérales ont par ailleurs décrété l’envoi de 3 000 militaires réservistes pour aider à lutter contre les incendies, dont une bonne partie demeure toujours incontrôlable. Signe de leur ampleur : les fumées émises sont visibles jusqu’au Chili et en Argentine, soit à plus de 12 000 kilomètres, de l’autre côté du Pacifique.

L’appréhension et la gestion de cette catastrophe par le Premier ministre est de plus en plus remise en question par la population. Samedi dernier, lors d’un déplacement sur le terrain, Scott Morrison a été vivement interpellé par plusieurs habitants ainsi que par des pompiers en colère. Alors que le facteur du réchauffement climatique parait déterminant dans cette crise environnementale actuelle, les positions climatosceptiques assumées de Morrison passent très mal ; et ses promesses tardives de reverser sur deux ans 1,2 milliard d'euros de rentrées fiscales dans un fond national d'aide aux victimes des incendies ne semblent guère satisfaisantes.

Après les pluies salutaires de ces derniers jours, -fugace moment de répit pour les pompiers et volontaires harassés-, une nouvelle vague de chaleur est attendue dans les prochaines heures.

 

08 janvier 2020, 15:00