Recherche

Vatican News
Le Pape et les membres du séminaire régional Flaminio Benoit XV de Bologne, le 9 décembre 2019. Le Pape et les membres du séminaire régional Flaminio Benoit XV de Bologne, le 9 décembre 2019.   (Vatican Media)

Pape François: le séminaire est une maison de prière, d’étude et de communion

À l’occasion des 100 ans de la création du séminaire régional pontifical Flaminio Benoît XV à Bologne dans le nord de l’Italie, le Saint Père a livré lundi 9 décembre un discours sur la beauté de l’appel au sacerdoce ministériel, qui donne le don de «représenter le Bon Pasteur au milieu de son peuple».

Pour se préparer à cette mission, l'Église mère demande un sérieux cheminement, a expliqué François aux séminaristes reçus au Vatican, «que l’environnement du séminaire peut offrir de la meilleure façon possible». Selon l'évêque de Rome, trois aspects identifient le séminaire: «c’est une maison de prière, une maison d’étude, une maison de communion». 

Maison de prière

«Vous êtes appelés à être évangélisateurs dans votre région, qui est aussi marquée par la déchristianisation», a-t-il continué, «Ceux qui sont plus exposés au vent froid de l'incertitude ou de l'indifférence religieuse doivent trouver en la personne du prêtre cette foi forte qui est comme une torche dans la nuit et comme une pierre à laquelle ils peuvent s'attacher». Le séminaire est ainsi d’abord la maison de prière, où le Seigneur invite à vivre une forte expérience de rencontre et d’écoute. Les années de séminaire sont les plus favorables pour apprendre à «être avec lui, à jouir avec étonnement de la grâce d'être ses disciples, à apprendre à l'écouter, à contempler son visage», a continué François, ajoutant que la rencontre avec Jésus dans le visage et la chair des pauvres est essentielle.

Maison d’étude

L’étude fait partie intégrante d’un itinéraire visant à éduquer une foi vivante et consciente, appelée à devenir la foi du pasteur, a ensuite expliqué le Pape aux séminaristes. «Dans ce cheminement, l'étude est un instrument privilégié de sagesse et de connaissance scientifique, capable d'assurer des bases solides pour toute la construction de la formation des futurs prêtres». Partager des leçons et des études avec d’autres séminaristes est ainsi également une façon de faire partie d’un presbyterium, c'est-à-dire de développer un sens communautaire au sein du clergé diocésain.

Maison de communion  

Le séminaire est également un lieu de communion, a procédé le Saint-Père, une communìon qui part d’une «base humaine d’ouverture aux autres, de capacité d’écoute et de dialogue, et est appelée à prendre la forme d’une communion sacerdotale autour de l'évêque et sous sa direction». La charité pastorale du prêtre ne peut être crédible que si elle est précédée et accompagnée de fraternité, d’abord entre séminaristes, puis entre prêtres, le séminaire est alors un «chemin qui éduque les candidats à évaluer toutes leurs actions en référence au Christ et à considérer l'appartenance au seul presbyterium comme une dimension préalable de l'activité pastorale et un témoignage de communion, indispensable pour servir efficacement le mystère de l'Église et sa mission dans le monde.» 

La proximité 

François est également revenu sur une notion importante selon lui pour les séminaristes : celle de proximité. Il s’agit d’être proche de Dieu dans la prière, proche de l'évêque, proche du presbytère, et proche du peuple de Dieu. Reprenant les propos de Paul à Timothée, «Souviens-toi de ta mère et de ta grand-mère», le Pape a rappelé aux jeunes séminaristes qu’ils n’étaient pas ici pour faire une carrière ecclésiastique, «rappelle-toi que tu as été enlevé du troupeau et que tu es venu parce que le Seigneur t'a choisi». Une nouvelle fois, François a profité de l’occasion pour dénoncer les méfaits du cléricalisme : «Là où il y a du cléricalisme, il y a de la corruption et là où il y a de la rigidité, sous la rigidité, il y a de sérieux problèmes». 

En conclusion, au lendemain de la fête de l’Immaculée Conception, François a dit prier pour que Marie puisse aider les séminaristes à découvrir chaque jour le «trésor», la «perle précieuse», qu’est le Christ en son Royaume, et à devenir de «joyeux annonceurs de son évangile».

09 décembre 2019, 12:47