Recherche

Vatican News
Sur une plage libyenne, une fragile pirogue utilisée pour traverser la Méditerranée. Sur une plage libyenne, une fragile pirogue utilisée pour traverser la Méditerranée.  

Ne pas détourner le regard face aux migrations

Ils ont choisi de ne pas ignorer le drame que vivent certains de leur congénères quand ils se voient obliger de quitter leur pays. Le journaliste italien Rino Canzoneri a recueilli les histoires de ces héros du quotidien et en a fait un livre, préfacé par le Saint-Père.

Prima gli Utimi, que l’on pourrait traduire en français par «Les premiers seront les derniers» (mais l’ouvrage n’est pas encore disponible en langue française) est un appel doux et fort à la responsabilité de chacun face aux drames que traversent certains qui n’ont pas eu d’autre choix que celui de quitter leur pays. Un ouvrage pour pour  tous ceux qui sont morts dans le désert et les traversées méditerranéennes ; à ceux qui ont souffert et souffrent de la violence dans les camps de détention et les prisons libyennes.

La grâce de reconnaissance pour le travail accompli par le journaliste Rino Canzoneri, capable de «donner la parole», préface le Pape, à «la partie de la réalité qui, grâce à Dieu, est encore la plus répandue, la réalité de ceux qui ne cèdent pas à l'indifférence». 

«C'est beau et réconfortant de savoir que tant de gens ont mis en pratique les paroles de Jésus que nous lisons au chapitre 25 de l'Évangile de Matthieu, ces paroles que j'aime appeler "le protocole  sur la base duquel nous serons tous jugés : "J'avais faim et vous m'avez nourri, j'avais soif et vous avez bu ; j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nue et vêtue, malade et vous êtes venu me voir, prisonnière et vous êtes venus me voir"».

Les protagonistes du livre 

Les protagonistes du recueil ne sont pas des héros, mais «ils se compromettent avec la vie». En regardant le problème en face, se demandant ce qu'ils pourraient faire et décidant de donner un coup de main à ceux qui ont demandé de l'aide. De quelle façon ? Adopter des enfants de quelques mois, arrivés seuls parce que leur mère est morte en mer, ou des enfants abandonnés par des jeunes femmes violées, travaillant pour assurer un avenir à des enfants en situation difficile ou soutenant de «jeunes migrants jusqu'à ce qu'ils les amènent aux objectifs dont ils rêvaient». 

Il existe de nombreuses formules pour restaurer l'espérance et la vie «sans se tourner vers l'autre côté», comme le dit le sous-titre du livre, car il y a beaucoup d'histoires, d'émotions et de joies recueillies dans ces 230 pages qui, l'une après l'autre, nous invitent à espérer. Un livre publié par les éditions Paolina. 

11 novembre 2019, 12:12