Recherche

Vatican News
Le Pape François rencontrant des personnes sans-abri au Palazzo Migliori, le 15 novembre 2019. Le Pape François rencontrant des personnes sans-abri au Palazzo Migliori, le 15 novembre 2019.  (ANSA)

Doctrine sociale: le Pape invite à aller au contact des exclus

Le Pape François a adressé un message vidéo aux participants au 9e Festival de la Doctrine sociale qui se tient en cette fin de semaine à Vérone sur le thème : “Être présents : polyphonie sociale”.

Dans ce message enregistré avant son départ pour l’Asie et diffusé ce jeudi soir, le Pape François rappelle que la présence aux autres doit s’exprimer d’une façon concrète, dans «la proximité, le partage, l’accompagnement, ou le fait d’être simplement auprès de quelqu’un». Il explique donc qu’il faut «garder les yeux ouverts pour éviter que quelqu’un reste exclu de notre regard», car «celui qui n’est vu par personne commence à faire partie de la colonne des invisibles, formée par les pauvres, les écartés, les exploités». «Même si nous faisons semblant de ne pas les voir, ils existent», a averti François, en invitant donc à aller à leur rencontre, à les voir, à s’arrêter, à les toucher.

Voir, s’arrêter, toucher

«Voir est le premier pas qui aide à sortir de nous-mêmes et nous fait regarder en face la vie comme elle se présente. Ce que nous voyons peut aussi nous effrayer, nous pousser à nous échapper et à nier ce que nous avons vu», avertit François.

Il faut donc oser «s’arrêter», car ceux qui passent leur vie à courir se rendent parfois compte trop tard qu’ils n’ont jamais eu «le temps de s’arrêter pour jouer avec leurs propres enfants, pour dialoguer avec des parents âgés». «Quand on aime bien quelqu’un, on éprouve le fort désir d’être avec elle et non pas de courir ailleurs», a remarqué le Pape.

«Enfin, la présence s’exprime aussi dans le toucher, dans le fait de retirer la distance avec l’autre, de transmettre la chaleur, de prendre en charge, de prendre soin», souligne François.

Faire le bien, une liberté fondamentale

«Pour résoudre les problèmes, il n’y a pas de besoin de grands managers ou d’hommes forts, mais ce qui est nécessaire, c’est d’être unis dans l’engagement de ne pas céder à l’indifférence. Chacun, avec ses propres qualités, peut devenir constructeur de fraternité.» Plutôt que d’attendre d’hypothétiques miracles ou un changement par le haut, en attendant tout des responsables politiques, chacun doit prendre en main, à son niveau, la reconstruction du tissu social, dans lequel chacun a sa place : «le malade, le pauvre, l’enfant, le vieux, l’ouvrier, le professionnel, l’entrepreneur, l’érudit et l’ignorant».

Il ne faut donc jamais brider ou entraver «la liberté de faire le bien», martèle le Pape, en remarquant que l’Italie avance grâce à de nombreuses personnes qui «dans le silence, vivent honnêtement, travaillent, sont solidaires, prennent soin de ceux qui sont dans le besoin». Il invite donc tous les participants au Festival de la Doctrine Sociale à être les constructeurs d’un tissu social «dans lequel la présence devienne un don qui fait resplendir la beauté de la fraternité».

21 novembre 2019, 20:30