Recherche

Vatican News
Le Pape François à bord de l'avion Tokyo-Rome, le 26 novembre 2019 Le Pape François à bord de l'avion Tokyo-Rome, le 26 novembre 2019  (ANSA)

L’immoralité de l’arme nucléaire doit être inscrite dans le Catéchisme

Lors de la conférence de presse qu’il a tenue devant les journalistes à bord de l’avion le reconduisant à Rome depuis Tokyo, ce 26 novembre, le Pape s’est à nouveau fermement opposé à la détention et à l’usage des armes nucléaires. Il a expliqué que le caractère immoral de ces deux aspects devait être inscrit au Catéchisme de l’Église catholique.

Les propos du Pape François ont été particulièrement fermes et clairs: «l'usage des armes nucléaires est immoral, c'est pourquoi cela doit être inscrit dans le Catéchisme de l'Église catholique, et pas uniquement l'usage, mais aussi la possession, parce qu'un accident, ou la folie d'un dirigeant, la folie d'un seul peut détruire l'humanité». Devant les journalistes qui l’accompagnaient pour ce 32e voyage apostolique, le Souverain Pontife a réitéré la ferme condamnation prononcée à Hiroshima pour faire comprendre sa valeur magistérielle.

Ce n’est pas la première fois que le Pape qualifie d’immorale la possession ou le recours aux armes nucléaires. En revanche, une telle proposition, impliquant le texte de référence sur la doctrine catholique tant sur la foi que sur la morale, est inédite.

Juste avant cette déclaration, faite en réponse à la question d’un journaliste japonais, prêtre diocésain près de Nagasaki, le Pape a évoqué son passage à Nagasaki et Hiroshima, le 24 novembre dernier.

Un pas vers la véritable paix?

Rappelons qu’à Nagasaki, frappée par la bombe atomique le 9 août 1945, François avait lancé un appel vibrant pour l’interdiction des armes nucléaires, depuis le parc construit sur le lieu de l'hypocentre du bombardement atomique de 1945. «La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de compter sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d’anéantissement total», a-t-il notamment déclaré. «Convaincu qu’un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire, je demande aux leaders politiques de ne pas oublier que ces armes ne nous défendent pas des menaces contre la sécurité nationale et internationale de notre temps», avait aussi martelé le Souverain Pontife.

Puis à Hiroshima, «véritable catéchèse humaine sur la cruauté», comme il l’a rappelé à bord de l’avion, le Pape s’était rendu au Mémorial de la Paix. Il y avait affirmé que la «vraie paix» est «le fruit de la justice, du développement de la solidarité, de la sauvegarde de la maison commune et de la promotion du bien commun».

Au moment où le monde se réarme et met en péril la tenue des traités internationaux en mesure de garantir la paix et la stabilité, le désir du pape François d’inscrire dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique le caractère immoral de l’utilisation ou même de la possession de l’arme nucléaire est à la fois une question de théologie morale et une grande question de politique internationale confiée à l’assemblée des fidèles, pour le bien de l’humanité.

26 novembre 2019, 19:30