Recherche

Vatican News
Manifestation à Bagdad, le 29 octobre 2019. Manifestation à Bagdad, le 29 octobre 2019.  (AFP or licensors)

Le Pape lance un appel en solidarité avec le peuple irakien

Lors de l'audience générale sur la place Saint-Pierre, le Pape François a prié pour la paix en Irak, secoué ces dernières semaines par des manifestations contre la corruption et le chômage, avec une répression qui a fait de nombreux morts et des blessés. Le Souverain Pontife a exhorté les autorités et la communauté internationale à suivre la voie du dialogue, après des années de guerre et de violence.

Le Pape souhaite une vie «digne et pacifique» pour ce «peuple martyr». Il appelle au dialogue, à la réconciliation et à des solutions justes pour parvenir à la paix et à la stabilité dans tout l'Irak. François, qui a exprimé à plusieurs reprises son souhait de se rendre en Irak en 2020 pour encourager la reconstruction du pays, s’est exprimé à la fin de l'audience générale sur la place Saint-Pierre.

Le Souverain Pontife pense au pays «bien-aimé» où les manifestations, qui ont commencé au début du mois d'octobre contre la corruption et le chômage généralisé, ont fait de nombreux morts et blessés: plus de 250 manifestants ont été tués à Bagdad et dans les villes du sud du pays, et 8000 personnes ont été blessées.

«Tout en exprimant mes condoléances pour les victimes et ma proximité avec leurs familles et les blessés, j'invite les autorités à écouter le cri des personnes qui demandent une vie digne et pacifique. J'exhorte tous les Irakiens, avec l'appui de la communauté internationale, à poursuivre sur la voie du dialogue et de la réconciliation et à rechercher les bonnes solutions aux défis et problèmes du pays. Je prie pour que le peuple tourmenté trouve la paix et la stabilité après tant d'années de guerre et de violence, où il a tant souffert.»

Ces violences assombrissent une année 2019 qui avait pourtant laissé émerger un certain apaisement sur le front sécuritaire, avec une nette diminution du terrorisme, loin toutefois d’avoir totalement disparu.

L'ONU dénonce un usage excessif de la force

Un rapport de l'ONU parle de «piétinement» des droits humains, avec l'assassinat délibéré de manifestants non armés et l'usage excessif de la force par les unités déployées pour gérer les manifestations en Irak, avec les manifestants qui, sans tenir compte du couvre-feu de la nuit, dénoncent, entre autres, une corruption coupable d'avoir officiellement avalé 410 milliards d'euros de fonds publics.

Le document de la Mission d'assistance des Nations Unies en Irak s'inquiète également de l'utilisation généralisée de la limitation des informations disponibles sur les manifestations et signale des arrestations arbitraires, des menaces et des harcèlements. «Le climat d'intimidation et de peur est indigne du potentiel de l'Irak en tant que société ouverte et démocratique», souligne le rapport, rappelant que «l'Irak a fait beaucoup de chemin» et qu'il est donc «essentiel de ne pas compromettre les résultats obtenus».

L'ONU demande donc que des mesures concrètes soient mises en place pour permettre des manifestations pacifiques, en protégeant ceux qui participent aux manifestations et en appelant le gouvernement de Bagdad à prendre des mesures supplémentaires pour poursuivre et punir les responsables de ces violences et abus.

30 octobre 2019, 11:20