Recherche

Vatican News
Le Conseil des conférences épiscopales d'Europe sont réunies en Espagne, à partir de ce jeudi, pour leur Assemblée annuelle. Le Conseil des conférences épiscopales d'Europe sont réunies en Espagne, à partir de ce jeudi, pour leur Assemblée annuelle. 

CCEE: le Pape appelle à un nouvel humanisme européen

Ouverture ce jeudi 3 octobre de l’Assemblée plénière annuelle du Conseil des conférences épiscopales d’Europe à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne. Le Pape a adressé un message aux évêques prenant part à cette rencontre qui a pour thème «Europe, le temps du réveil ? Les signes d’espérance», une «provocation» pour réfléchir aux chemins à entreprendre pour redonner de l’espérance au continent, estime François. Il propose de contraster les populismes par la charité chrétienne.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

Les signes d’espérance qui constellent l’Europe ne sont pas toujours visibles, reconnait le Pape, mais les évêques sont appelés à les entrevoir. «Nous les voyons d’abord dans la sollicitude de tant de nos frères vis-à-vis de ceux qui souffrent ou qui sont dans le besoin», notamment à l’égard des malades, des prisonniers, des pauvres ou des migrants. Le Pape souligne aussi l’engagement des catholiques européens dans le domaine culturel, en particulier de l’éducation des plus petits qui sont le futurs de l’Europe.

La charité, le chemin premier du chrétien

La foi dans le Seigneur a rendu les chrétiens «intrépides dans leurs actes de charité». Et l’engagement dans la charité doit se poursuivre, insiste le Pape, car il est «le chemin premier de la vie du chrétien». La gratuité du geste posé est essentiel : «il constitue un signe tangible d’espérance, car il nous pousse à regarder l’autre comme une personne».

Le populisme fait suffoquer les cœurs

La charité est pour le Pape «le plus grand antidote contre les tendances de notre temps». François évoque ces populismes qui «se propagent» en Europe et «se nourrissent de la recherche continuel de contraste qui n’ouvrent pas les cœurs mais les emprisonnent dans des murs de ressentiments suffocants». La charité, au contraire, ouvre les cœurs et les fait respirer, poursuit le Pape. «Elle n’oppose pas les personnes mais voit dans le besoin des derniers les nécessités de chacun de nous, car nous sommes tous un peu indigents, un peu fragiles.» La charité envers son prochain pousse les hommes à se reconnaître fils d’un unique Père.

Le Pape encourage également la communauté catholique à témoigner de sa foi dans cette époque «souvent perdue» ; une foi à transmettre par attraction et non prosélytisme. Il ne s’agit pas de reproduire des modèles du passé, affirme François, mais de se laisser guider par l’Esprit du Seigneur en proposant la joie aux personnes rencontrées.

Trois saintes, modèles de charité pour construire l’Europe

Trois femmes sont à redécouvrir, trois grandes saintes que le Pape saint Jean-Paul II proclama Patronnes de l’Europe en 1999 : sainte Brigitte de Suède, sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein). Ces femmes sont des modèles de «charité vécue en famille, fondement de toute société humaine, ou comme un service rendu à son prochain dans la vérité et dans le sacrifice».

Suivant ces exemples, le Pape demande aux membres de la CCEE d’entreprendre un chemin de proximité envers son prochain. Ils sont appelés à «se pencher sur leurs blessures». «Ainsi l’Église renouvellera son engagement pour l’édification de l’Europe» à laquelle elle n’a jamais manqué, en dépit des difficultés, depuis que Paul, Silas et Timothée accostèrent sur ses côtes.

Toujours fidèle au Seigneur et à ses racines, le peuple de Dieu est appelé à se mobiliser pour «un nouvel humanisme européen capable de dialoguer, d’intégrer et de générer, en valorisant ce qui est de plus cher à la tradition de ce continent : la défense de la vie et de la dignité humaine, la promotion de la famille et le respect pour les droits fondamentaux de la personne». Cela permettra à l’Europe de croître comme une famille de peuples, une terre de paix et d’espérance, estime François. 

03 octobre 2019, 19:31