Cerca

Vatican News
Le Pape François entouré des évêques malgaches Le Pape François entouré des évêques malgaches  (Vatican Media)

Le Pape appelle les évêques malgaches à être proches de Dieu et des pauvres

Lors de sa rencontre avec les évêques malgaches, en la cathédrale d’Andolaho, le Pape a comparé le pasteur à la figure du semeur, appelé à répandre autour de lui les semences de foi et d’espérance, surtout parmi les plus pauvres. Le Saint-Père a aussi exhorté tous les évêques à être proches de Dieu, de leurs prêtres et de leur peuple.

Le Pape est donc parti du thème de sa visite à Madagascar : «semeur de paix et d’espérance» pour construire sa réflexion, car, dit-il, il est un «écho à la mission qui nous est confiée».

Un pasteur attentif à la vie sociale et nationale

Mais à quoi reconnait-on un semeur ? Pour le Pape, il est celui qui n’abandonne pas, qui sait attendre, qui «assume les déconvenues de sa semence» et qui «ne fuit pas en la confiant à un autre».  Surtout, il connait sa terre, la touche, la sent et la prépare.  A l’instar du semeur, l’évêque est appelé à développer cet «odorat» si particulier qui «permet de mieux connaitre et découvrit ce qui compromet, entrave ou endommage la semence». En ce sens, il est de son devoir de s’intéresser à tout ce qui touche de près ou de loin à la «promotion intégrale de chaque être humain», comme «l’ordre social et la réalisation du bien commun». «(…) Personne ne peut exiger de nous que nous reléguions la religion dans la secrète intimité des personnes, sans aucune influence sur la vie sociale et nationale, sans se préoccuper de la santé des institutions de la société civile, sans s’exprimer sur les événements qui intéressent les citoyens», a-t-il affirmé, citant son exhortation apostolique, «Evangelii Gaudium». «Un pasteur digne de ce nom peut-il rester indifférent aux défis qu’affrontent ses concitoyens de toutes catégories sociales, indépendamment de leur appartenance religieuse ? Un pasteur, à la manière de Jésus, peut-il être indifférent aux vies qui lui ont été confiées?», s’est-il interrogé.

Une attention particulière doit être portée, en ce sens, à une collaboration «mûre et indépendante» entre Église et État, tout se gardant d’une connivence dangereuse, laquelle pourrait amoindrir «le mordant évangélique». Le discernement implique de toujours écouter «ce que l’Esprit dit aux Églises», a poursuivi le Pape.

Lien indissoluble entre foi chrétienne et pauvres

Une autre dimension de la charge pastorale tient à la défense de la personne humaine. «Nous devons être les premiers dans le choix de proclamer l’Évangile aux pauvres», a répété à deux reprises le Saint-Père. Ces derniers restent les destinataires privilégiés de l’annonce du salut ; à cette aune, les évêques ont «un devoir particulier de proximité et de protection envers les pauvres, (…), envers les enfants et les personnes les plus vulnérables, victimes d’abus», et de cette «culture du déchet», qui tend à éliminer «celui qui vient à naitre ou de ceux qui sont sur le point de mourir».

Paternité spirituelle avec les prêtres

Face à tous ses défis, le pasteur doit faire montre de patience, conscient «que nous n’avons ni le contrôle ni la responsabilité de tout le processus» ; le vrai pasteur donne de l’espace, encourage les initiatives, laisse grandir et ne recherche pas l’uniformité. Il «prend la réalité comme elle va» : c’est cela, «l’amour du pasteur». La fidélité à l’Évangile exige une proximité avec Dieu, par la prière constante, avec les prêtres, et enfin avec le peuple de Dieu. «Le pasteur qui s’éloigne du peuple, qui perd l’odeur du peuple finit par devenir un ‘monsieur l’abbé’, un fonctionnaire de cour», a mis en garde le Pape, sortant de son texte.

Il est fondamental que les évêques éprouvent une véritable  «paternité spirituelle» envers leurs prêtres ; ceux-ci doivent pouvoir trouver en eux «des pères toujours disponibles qui savent comment encourager et soutenir, qui savent apprécier les efforts et accompagner les progrès possibles».

Discernement des vocations: qualité et non quantité

Leur incombe aussi un devoir crucial de discernement, surtout en ce qui concerne les vocations à la vie consacrée et au sacerdoce. La tentation est grande de se laisser gagner par la dictature du «numéro» , comme en Europe où le manque de vocations pousse certains évêques à accepter des candidats qui ont déjà été chassés de séminaires ou de congrégations, a déploré le Pape. «S‘il vous plait, soyez attentifs, a demandé le Pape à l’épiscopat malgache : ne laissez pas le loup entrer dans la bergerie». Et le Pape de souligner une attitude «qui ne vient pas de Dieu» : la rigidité, que démontrent parfois certains jeunes prêtres. «Sachez-le : derrière la rigidité, se cachent des problèmes graves».

Ne pas cléricaliser les laïcs

Les pasteurs doivent aussi laisser leur place aux laïcs : eux aussi sont «envoyés en mission pour la moisson, ils sont appelés à prendre part à la pêche, à risquer leurs filets». Là, le Pape a tenu à saluer les initiatives prises par les pasteurs à destination des laïcs «pour ne pas les laisser seuls dans la mission d’être sel de la terre et lumière du monde». Attention toutefois à ne pas «cléricaliser les laïcs», a prévenu le Saint-Père. «Les laïcs sont des laïcs», a-t-il martelé. Les diacres aussi souffrent la tentation du cléricalisme, a-t-il encore souligné, au risque de devenir des «prêtres ou évêques manqués». 

Cette responsabilité dans le champ de Dieu doit mettre au défi «d’avoir le cœur et l’esprit ouverts,  de conjurer la peur qui enferme et de vaincre la tentation de nous isoler», a conclu le Pape, appelant à dialogue fraternel entre évêques malgaches, affirmant que les défis pastoraux , tels que «la protection de l’environnement (…) ou le problème de l’immigration» requéraient des réflexions communes, des synergies d’actions à grande échelle.

Le Pape a enfin donné en exemple deux figures féminines : la bienheureuse Victoire Rasoamanarivo et la Vierge Marie. «Demandons-leur d’élargir toujours notre cœur, de nous apprendre la compassion provenant du sein maternel que la femme et Dieu ressentent face aux oubliés de la terre et de nous aider à semer la paix et l’espérance».

Rencontre avec les évêques malgaches
07 septembre 2019, 17:26