Cerca

Vatican News
Le Pape François et les jeunes au stade Maxaquene - Maputo, 5 septembre 2019 Le Pape François et les jeunes au stade Maxaquene - Maputo, 5 septembre 2019  (Vatican Media)

Mozambique: le Pape appelle les jeunes à être acteurs de paix

Ce jeudi matin, le Saint-Père a présidé une rencontre interreligieuse avec des jeunes, qui s’est déroulée dans un palais des sports de la capitale mozambicaine. Dans une ambiance joyeuse, reflétant la diversité ethnique et religieuse du pays, François a adressé aux jeunes des paroles d’espérance et d’encouragement, notamment pour construire la paix dans leur nation.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

C’était le deuxième temps fort de cette première journée du Pape François au Mozambique. Après une rencontre avec les autorités politiques, civiles et diplomatiques du pays, le Saint-Père a rejoint le stade Maxaquene de Maputo, où des milliers de jeunes l’attendaient.

Les interrogations d’un jeune mozambicain

Ceux-ci avaient préparé de brèves allocutions, des chorégraphies ou encore des chants en guise d’accueil. Devant le Saint-Père, des dizaines de jeunes se sont succédé, chaque groupe s’exprimant au nom d’une confession religieuse particulière – chrétienne, musulmane, hindoue, catholique.

Un jeune homme a ensuite pris la parole, décrivant au Pape François le Mozambique comme une terre dotée d’immenses ressources naturelles, mais où la plupart des jeunes vivent «dans un état de pauvreté absolue». Son intervention s’est conclue par deux questions: «que pouvons-nous faire pour que notre rêve devienne réalité ?» et «que faire pour que nous, les jeunes, nous fassions partie de la solution aux problèmes qui affectent notre pays ?».

Des paroles stimulantes

Le Souverain pontife a tenté d’y répondre dans son discours au ton affectueux et encourageant. «Que peut-il y avoir de plus important pour un pasteur que d’être avec ses jeunes ?», s’est-il d’abord exclamé. «Vous n’êtes pas que l’avenir du Mozambique, ou de l’Église et de l’humanité; vous êtes le présent : par tout ce que vous êtes et faites, vous apportez déjà votre contribution en lui offrant le meilleur que vous puissiez donner aujourd’hui», a-t-il poursuivi. «Vous êtes la joie de ce pays, la joie d’aujourd’hui», «vous êtes la vitalité de ce peuple, où chacun joue un rôle fondamental, dans un unique projet innovant, pour écrire une nouvelle page de l’histoire, une page remplie d’espérance, de paix et de réconciliation», a encore déclaré le Pape à son auditoire.

Le sport, école de solidarité et de sain dépassement

François a ensuite invité les jeunes à réaliser leurs rêves en se méfiant de deux attitudes: «la résignation et l’angoisse» qui sont «de grandes ennemies de la vie, car normalement, elles nous poussent vers un chemin facile, mais d’échec ; et les frais de péage qu’elles demandent pour laisser passer sont très élevés… On paie de son propre bonheur, voire de sa propre vie». Le Pape s’est notamment référé au football, grande passion du peuple mozambicain, pour mettre en relief la capacité à faire équipe malgré les différences. Il a cité l’un des plus célèbres joueurs du pays, Eusébio da Silva. Puis Maria Mutola a été donnée en exemple par le Saint-Père: à force de persévérance, cette athlète mozambicaine est parvenue à la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Sydney, et s’est aussi souciée de l’avenir des enfants de son pays natal. «Comme le sport nous apprend à persévérer dans nos rêves !», a déclaré le Pape.

Prendre soin de ses racines

Puis un autre thème cher au Souverain pontife a été évoqué, celui du lien aux anciennes générations. «Ce que vous écoutiez, ce que vous voyiez vos parents et grands-parents chanter et danser, vous l’avez adopté comme vôtre. C’est le chemin que je vous propose: un chemin “fait de liberté, d’enthousiasme, de créativité, d’horizons nouveaux, mais en cultivant en même temps ces racines qui nourrissent et soutiennent”», a expliqué François, reprenant les mots de son Encyclique Christus vivit.  

Paix, environnement… des thèmes d’actualité

Le Pape a aussi parlé aux jeunes de la paix, acquise difficilement au Mozambique. «La paix est un processus que vous aussi vous êtes appelés à faire progresser, en étendant toujours vos mains surtout à ceux qui traversent des moments difficiles», a-t-il estimé. «Comme il est important que nous apprenions à être une main amie et tendue ! Essayez également de grandir dans l’amitié avec ceux qui pensent différemment, pour que la solidarité grandisse entre vous et devienne la meilleure arme pour transformer l’histoire».  

Rappelant enfin les deux cyclones qui ont ravagé le pays en début d’année, mais aussi les beautés naturelles du Mozambique, le Saint-Père a incité les jeunes à continuer de prendre «à bras le corps l’impérieux défi de protéger notre Maison commune». 

Dieu est Amour

Pour clore son discours, le Pape a souligné combien l’amour de Dieu pour chacun de ses enfants est unique, fidèle, fait de liberté et de miséricorde. «Dieu vous aime et, sur cette affirmation, toutes nos traditions religieuses sont d’accord», a-t-il assuré, avant d'inviter l'assemblée à un petit temps de recueillement... «essaye de rester un moment en silence en te laissant aimer par lui. Essaye de faire taire toutes les voix et les cris intérieurs, et reste un moment dans les bras de son amour». Et François de conclure: «Je sais que vous croyez en cet amour qui rend possible la réconciliation».

Rencontre interreligieuse des jeunes avec le Pape François
05 septembre 2019, 11:49