Cerca

Vatican News

En visite à Albano, François invite à se laisser toucher par la tendresse de Dieu

Le Pape François s’est rendu ce samedi en visite dans cette ville italienne proche de Castel Gandolfo, qui abrite le siège d’un diocèse suburbicaire de Rome. Le Pape était invité par l’évêque local, Mgr Marcello Semeraro, qui est aussi le secrétaire du Conseil des cardinaux, et donc l’un des plus proches collaborateurs du Souverain pontife.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

L’évêque de Rome a visité ce diocèse 11 ans jour pour jour après son prédécesseur Benoît XVI, venu le 21 septembre 2008 pour la dédicace du nouvel autel de la cathédrale. La visite papale était cette fois liée à l’ouverture de l’année pastorale 2019-2020. Après avoir salué les prêtres à l’intérieur de la cathédrale, François a présidé la messe sur la place attenante, en concélébrant notamment avec Mgr Semeraro et avec le cardinal Agostino Vallini, l’ancien vicaire pour le diocèse de Rome, qui fut évêque d’Albano de 1999 à 2004.

Dans son homélie, François est revenu sur l’épisode de la rencontre de Jésus avec Zachée, à Jéricho. Alors qu’aux yeux des habitants, cet homme était impossible à sauver, Jésus ose aller à sa rencontre : «les limites, les péchés, la honte, les médisances et les préjugés : aucun obstacle ne fait oublier à Jésus l’essentiel, l’homme à aimer et à sauver», a remarqué le Pape. L’Église existe donc pour dire à chaque homme, même le plus éloigné : «Tu es aimé et tu es appelé au nom de Jésus ; Dieu ne t’oublie pas, tu lui tiens à cœur».

Ne pas avoir peur d’aller au contact de la tendresse de Dieu

François a donc lancé cet appel aux habitants d’Albano : «Chers frères et sœurs, comme Jésus, n’ayez pas peur de traverser votre ville, d’aller vers celui qui est le plus oublié, vers celui qui est caché derrière les branches de la honte, de la peur, de la solitude, pour lui dire : “Dieu se souvient de toi”». «Si, comme Zachée, tu es en train de chercher un sens à ta vie, mais en ne le trouvant pas, tu es train de te jeter à l’eau avec des substituts à l’amour, comme les richesses, la carrière, le plaisir, une dépendance quelconque, laisse-toi regarder par Jésus. Seulement avec Jésus tu découvriras que tu es aimé depuis toujours, et tu feras la découverte de ta vie. Tu te sentiras touché à l’intérieur par la tendresse invincible de Dieu, qui bouleverse le cœur et le met en mouvement», a expliqué le Pape.

Il faut toujours partir du «regard de miséricorde de Jésus» pour ne pas «mondaniser la foi» ou la «compliquer» avec des arguments partisans, idéologiques, ou portés sur une seule logique d’efficacité, qui finalement expulsent Dieu en-dehors de Sa propre maison. Alors un peu comme Zachée, qui, avec la fantaisie et l’audace d’un enfant, a osé grimper sur un arbre pour essayer d’apercevoir Jésus, «il est important de pour nous de redevenir simples, ouverts», comme des enfants, plutôt que de s’épuiser comme des «chrétiens compliqués qui élaborent mille théories». «Nous ne nous suffisons pas à nous-mêmes, nous avons besoin de démasquer notre autosuffisance, de surmonter nos fermetures, de redevenir petits à l’intérieur, simples et enthousiastes, pleins d’élan envers Dieu et d’amour envers le prochain», a martelé François.

Faire de chaque église une «tente hospitalière» pour tous

Alors que la tentation élitiste guette de nombreux chrétiens, il faut ouvrir les portes de nos cœurs et de nos églises. «Il y a beaucoup de frères et sœurs qui ont la nostalgie de la maison, mais qui n’ont pas le courage de se rapprocher, peut-être parce qu’ils ne se sont pas sentis accueillis, a rappelé François. Le Seigneur désire que son Église soit une maison entre les maisons, une tente hospitalière dans laquelle chaque homme, voyageur de l’existence, le rencontre Lui, qui est venu habiter au milieu de nous.» «Nous ne sommes pas les inspecteurs des vies des autres, mais des promoteurs du bien de tous.»

Il faut donc «demander la grâce d’aller à la rencontre de chacun», car «si nous évitons celui qui nous semble perdu, nous ne sommes pas de Jésus», a averti François. Nous serons «riches aux yeux de Dieu» si nous répondons au mal par le bien, si nous donnons à ceux qui n’ont rien à nous rendre. François a donc souhaité que la cathédrale d’Albano, comme toute église, soit un lieu dans lequel chacun se sente à la maison, et accueilli avec miséricorde. «C’est ainsi que dans l’Église arrive la chose la plus belle : se réjouir parce que le salut est entré dans la vie.»

À l'occasion de cette visite, le diocèse et la commune d’Albano ont collaboré pour la réalisation d’une fresque, peinte sur un mur mis à la disposition du diocèse. Il s’agit d’une œuvre de l’artiste MauPal (Mauro Pallotta), inspirée de l’encyclique Laudato Si’. Elle a été présentée au Pape par le maire d’Albano, Nicola Marini.

21 septembre 2019, 19:00