Cerca

Vatican News
Le Pape et les participants au chapitre des Augustins déchaux - 12 septembre 2019 Le Pape et les participants au chapitre des Augustins déchaux - 12 septembre 2019  (Vatican Media)

Le Pape aux Augustins déchaux: «les racines sont la garantie du futur»

Ce jeudi matin, le Saint-Père a reçu en audience les 194 participants au chapitre général de l’ordre des Augustins déchaux. Ces religieux vivent une «Année du charisme», qui leur permet de réfléchir à leurs racines spirituelles et au vœu de pauvreté, deux aspects évoqués par le Pape au cours de cette rencontre.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Après avoir écouté l’allocution du prieur général de l’ordre des Augustins déchaux, le père Doriano Ceteroni, le Pape François a confié apprécier chez ses hôtes «la joie d’être augustins», en écho à leur charisme, «Heureux de servir le Très-Haut dans un esprit d’humilité».

Saint Augustin, un héritage intellectuel et fraternel

 Saint Augustin, a-t-il ensuite souligné, «est une de ces figures qui font sentir l’attrait pour Dieu, qui attirent vers Jésus Christ, qui attirent vers la Parole de Dieu». Il a salué ce «géant de la pensée chrétienne» qu’est le saint évêque d’Hippone. Une profondeur intellectuelle qui ne l’a pas empêché de développer aussi de grandes qualités humaines, puisque saint Augustin vécut son ministère au sein d’une communauté, fonda de nombreux monastères masculins et féminins, et rédigea une règle que suivent encore aujourd’hui un grand nombre d’ordres religieux et de congrégations. Le Seigneur «lui a donné la vocation et la mission de la fraternité», a résumé François.

De la nécessité des racines

Le Pape a ensuite encouragé les frères augustins déchaux à «aimer et toujours approfondir de manière nouvelle» leurs racines spirituelles, «en cherchant à y puiser, dans la prière et le discernement communautaire, une lymphe vitale» pour leur mission actuelle dans l’Église et le monde. «Pour être moderne, certains croient qu’ils est nécessaire de se détacher des racines. Et ça c’est une catastrophe, a déploré le Saint-Père, parce que les racines, la tradition, sont la garantie du futur». «Ne jamais se détacher de ses racines pour être moderne, autrement c’est du suicide», a-t-il insisté.  

Le don de l’humilité

François a rappelé aux religieux que le témoignage chrétien va souvent à contre-courant, mais «accompagné par l’humilité et la charité, il sait parler au cœur de tant d’hommes et de femmes de notre temps». L’humilité, la pauvreté: une autre idée forte du discours du Saint-Père lors de cette audience. François a encouragé les Augustins à ne pas être simplement déchaux physiquement, mais avant tout dans leur âme, ce qui répond à «une exigence évangélique».  Le vœu d’humilité, caractéristique de cet ordre (en plus des trois vœux traditionnels de pauvreté, chasteté et d’obéissance), est «une clé qui ouvre le cœur de Dieu et les cœurs des hommes». Il pousse les religieux à «être fidèles à leur charisme originel», à se sentir «toujours disciples-missionnaires». Le Pape a par ailleurs souligné que l’humilité est un don, obtenu dans la prière, et ne relève pas d’une décision personnelle.

Continuer de marcher en Dieu

Enfin, parlant de la mission dans le monde actuel, François a fait mémoire des «missionnaires augustins qui ont donné leur vie pour l’Évangile en divers endroits du monde». Le «trésor de ces témoignages du passé» semble rendre plus disponibles les religieux d’aujourd’hui à mener leur mission «selon les formes que le Concile Vatican II et les défis actuels nous demandent», s’est réjoui le Pape. Son discours s’est conclu par un ultime encouragement aux Augustins déchaux: leur «Année du charisme» n’est pas un évènement autoréférentiel selon le Pape, mais bien une preuve du désir «de marcher dans le Christ, le Christ vivant».

12 septembre 2019, 12:19