Cerca

Vatican News
Audience entre le Pape François et les Carmes de l'antique observance, le 21 septembre 2019 Audience entre le Pape François et les Carmes de l'antique observance, le 21 septembre 2019  (Vatican Media)

Le Pape invite les frères carmes à unir contemplation et compassion

Ce samedi matin, le Pape François a reçu en audience une centaine de frères Carmes de l’antique observance, réunis à Rome en chapitre général jusqu’au 27 septembre prochain autour du thème: «Vous êtes mes témoins (Is 43, 10) ; d’une génération à l’autre: appelés à être fidèles à notre charisme carmélitain».

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Le Saint-Père a encouragé les grands Carmes – autre nom donné aux frères de l’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, à distinguer des Carmes déchaux – à suivre trois lignes directrices pour vivre leur charisme.

Être uni à Dieu pour servir le prochain

D’abord une ligne de «fidélité et contemplation». François, associant le Carmel à une «école de contemplation» à la «riche tradition spirituelle», a estimé que la mission des frères est «féconde dans la mesure où elle est enracinée dans la relation personnelle avec Dieu». «La manière carmélitaine de vivre la contemplation vous prépare à servir le peuple de Dieu à travers n’importe quel ministère et apostolat» a-t-il poursuivi.

Le Pape a ensuite indiqué une ligne d’«accompagnement et de prière». Le Carmel est «école de vie intérieure», mais se donner à Dieu ne préserve pas du risque de «Le perdre en cours de route». La tiédeur «peut s’insinuer dans la vie consacrée lorsque les conseils évangéliques deviennent seulement une routine et que l’amour de Jésus n’est plus le centre de la vie», a expliqué François, s’appuyant sur un écrit de la sainte carmélite florentine Marie-Madeleine de Pazzi. Survient alors «la mondanité, qui est la tentation la plus dangereuse pour l’Église», a prévenu le Pape, assurant les frères de sa prière afin que le Seigneur les aide à lutter contre ce péril.

Garder une vie fraternelle substantielle

Les grands Carmes ont également été invités à «accompagner les personnes à “faire amitié” avec Dieu». «Notre monde a soif de Dieu, et vous carmes, maîtres de prière, vous pouvez aider tant de personnes à sortir du bruit, de l’empressement et de l’aridité spirituelle», a assuré le Saint-Père. Il ne s’agit pas d’apprendre «à accumuler des prières, mais à être des hommes et des femmes de foi, des amis de Dieu, qui savent parcourir les chemins de l’Esprit».

Puis le Pape a attiré l’attention de son auditoire sur la vie communautaire: «du silence et de la prière naîtront des communautés renouvelées et des ministères authentiques», a-t-il indiqué. Il a aussi mis en garde contre «l’inertie de l’immobilisme» et la tentation de «réduire la communauté religieuse à des “groupes de travail” qui finiraient par diluer les éléments fondamentaux de la vie religieuse». Au contraire, la beauté de la vie en communauté doit être «un point de repère qui génère sérénité, attire le peuple de Dieu et transmet la joie du Christ Ressuscité».

La miséricorde en actes

La troisième ligne mise en exergue est celle de la «tendresse et la compassion». «Le contemplatif a un cœur compatissant» a insisté François, ajoutant que «lorsque l’amour s’affaiblit, tout perd de sa saveur». La contemplation ne saurait se réduire à «des ravissements et des extases qui éloigneraient des joies et des préoccupations des gens». Le Pape a donc encouragé les frères carmes à rester attentifs aux nécessiteux: «Qui aime Dieu doit le chercher dans les pauvres», dans les «frères de Jésus», disait le bienheureux carme italien Angelo Paoli, cité par le Souverain Pontife. Celui-ci a enfin alerté contre trois dangers: «la “pseudo-mystique”, la “solidarité de fin de semaine” et la tentation d’être loin des plaies du corps du Christ». Pour s’en préserver, il faut s’inspirer de la tendresse de Jésus montrée dans l’Évangile. «Aujourd’hui il y a besoin d’une révolution de la tendresse qui nous rende plus sensibles devant les nuits obscures et les drames de l’humanité», a conclu François. 

21 septembre 2019, 15:22