Vatican News
Buenos Aires en Argentine Buenos Aires en Argentine 

Le Pape commémore les 25 ans de l’attentat contre la mutualité israélite d’Argentine

Le Pape François a pris la plume pour soutenir les familles des victimes, juives ou chrétiennes de l’attentat à la mutualité israélite de Buenos Aires en Argentine (l’Amia), le 18 juillet 1994.

«25 ans se sont écoulés depuis la tragédie, et comme au premier jour, mon cœur accompagne les familles des victimes, juives ou chrétiennes», a écrit le Saint-Père dans sa lettre en date du 12 juillet 2019.

L’usage blasphématoire du nom de Dieu

Le Pape a dénoncé cette «folie de briser les vies au  nom de la religion», l’associant à un «usage blasphématoire du nom de Dieu». Le 18 juillet 1994, une camionnette blanche remplie d'explosifs est venue se fracasser contre les locaux de l'AMIA tuant 85 personnes, en blessant près de 200, et détruisant complètement l'édifice.

«Nous savons bien que ce n'est pas la religion qui incite ou mène à la guerre, mais les ténèbres dans le cœur de ceux qui commettent ces actes irrationnels», a ajouté le Souverain pontife argentin, confiant n’avoir jamais cessé de prier en faveur des victimes de ce drame. 

Une troisième guerre mondiale disséminée

«La troisième guerre mondiale livrée par morceaux» bouleverse les vies et l'avenir, montrant partout son visage cruel, a estimé le Pape, poursuivant sur ce «visage cruel», s’arborant d’est en ouest, sans connaître de frontières.  

Dans ce contexte, le Pape a ainsi réitéré le sens et la responsabilité «d’être frères»; «cette fraternité nous embrasse et nous unit bien au-delà de toute limite géographique ou idéologique». De fait, il est certain que Dieu nous a créés égaux en droits, mais également en devoirs et en dignité, a assuré l’évêque de Rome, avant de conclure sa missive: «Pour Dieu, la paix ne doit pas être juste notre droit, sa construction doit être notre obligation. En cette commémoration du 25e anniversaire, je suis avec vous et je prie avec vous».

12 juillet 2019, 16:48