Cerca

Vatican News
Le Pape en salle Paul VI avec 500 responsables et des membres du Renouveau charismatique, ce samedi 8 juin Le Pape en salle Paul VI avec 500 responsables et des membres du Renouveau charismatique, ce samedi 8 juin  (Vatican Media)

Le Pape demande aux charismatiques d’être unis en l’Esprit Saint

500 responsables du Renouveau charismatique sont actuellement à Rome avant l’entrée en vigueur ce dimanche 9 juin, jour de la Pentecôte, des statuts du Charis comme ‘Catholic Charismatic international Service’. Une unique entité qui servira toutes les expressions charismatiques et pour que toutes se mettent, dans un esprit de communion, au service de l’évangélisation qui n’est pas prosélytisme mais témoignage d’amour, comme le leur a rappelé le Saint-Père ce samedi midi lors d’une audience en salle Paul VI.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

François a remercié le Renouveau charismatique, né il y a 52 ans, et qui s’est développé dans l’Église «par volonté de Dieu». Au nom de l’Église, il a félicité ceux qui ont œuvré depuis 30 ans au sein de la Fraternité catholique et de l’Iccrs, l’International Catholic Charismatic Renewal Services, deux entités «qui ont tracé la route» et qui se dissolvent aujourd’hui dans une même instance, CHARIS, le Catholic Charismatic international Service. «Il ne s’agit pas d’une fusion des deux réalités, mais d’un nouveau service», expliquait le père Alexandre Awi Mello, le secrétaire du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie ; dicastère qui a accompagné une équipe de 4 personnes nommées par le Pape pour «concrétiser» CHARIS et qui a nommé les 18 membres de son bureau, le ‘Service international de Communion’.

Au sein de cette équipe tous les continents, tous les visages du Renouveau charismatique sont représentés, y compris la jeunesse, ce dont s'est réjoui le Pape.« Je suis heureux, a-t-il dit, que vous leur ayez donné la visibilité et l’exercice des responsabilités qui leur revient».

«Les nouveautés de Dieu sont toujours des bénédictions»

«Aujourd’hui commence une nouvelle étape du chemin» engagé il y a 52 ans. Elle se caractérise, a expliqué François, «par la communion entre tous les membres de la famille charismatique». En la présence de l’Esprit Saint, «tous sont à égalité». Petits ou grands, riches ou pauvres, engagés au niveau local ou international, le Pape rappelle que le «tout est toujours supérieur à la somme des parties».

Demain, dimanche de la Pentecôte, les statuts de CHARIS entreront en vigueur. Le Pape convient que la nouveauté peut déstabiliser. «Une certaine crainte (…) est humaine mais cela n’est pas le cas pour les personnes spirituelles» avertit François car «les nouveautés de Dieu sont toujours des bénédictions». Que ceux qui se demandent pourquoi changer soient avertis : ce n’est pas une pensée qui vient de l’Esprit Saint, mais de l’esprit du monde. C’est une «tentation du diable».

Trois missions

Trois mots caractérisent CHARIS : «Unique» car cette entité rassemble et sert toutes les réalités charismatiques ; «service» qui signifie donner et se donner et non «encaisser» en recherchant son «profit personnel» ; enfin «communion» car tous, d’un seul cœur tourné vers le Père, doivent témoigner de l’unité dans la diversité. Dans cette famille, «il y a un seul Dieu le Père, un seul Seigneur Jésus et un seul Esprit vivifiant». c’est une famille «où un membre n’est pas au-dessus d’un autre», répète le Pape.

Évangéliser, c’est aimer

Qu’attend l’Eglise de ce nouveau service qu’est CHARIS et de tout le Renouveau charismatique ? «Qu’il partage le baptême dans l’Esprit Saint avec tous les membres de l’Église (…), qu’il serve l’unité du corps du Christ qui est l’Église (…) qu’il serve les pauvres, physiques et spirituels», ce qui ne signifie pas que le Renouveau «s’est fait communiste, s’est amusé le Saint-Père, il s’est fait évangélique».

Unité, service et communion, ce sont les trois témoignages nécessaires à l’évangélisation du monde «à laquelle nous sommes tous appelés par notre baptême».

Le Pap a enfin souligné que l’évangélisation n’est pas prosélytisme, mais un «témoignage d’amour» comme nous le montrait déjà les premiers chrétiens, et que s’il n’y a pas d’amour, s’ils ont médit les uns des autres, les organismes ou programmes d’évangélisation, «tout cela ne sert à rien», a conclu François.

Prière pour la paix

À la fin de son intervention, le Pape a demandé avec quelques minutes d’avance de faire une minute de silence pour la paix. Elle se tient chaque année, le 8 juin, à 13h en mémoire de l’invocation pour la paix qui s’est tenue au Vatican en 2014, en présence des présidents israélien et de l’Autorité palestinienne ainsi que du patriarche de Constantinople, Bartholomée.

 

08 juin 2019, 14:18