Cerca

Vatican News
Un collège du mouvement Fe y Alegria à Trujillo au Pérou Un collège du mouvement Fe y Alegria à Trujillo au Pérou 

Fe y Alegría: le Pape salue un mouvement d’éducation inclusif

Le Pape se prononce de nouveau contre la culture du rejet et souhaite une éducation pour tous. Il l’a réaffirmé dans un message vidéo adressé aux membres de la Fédération internationale Fe y Alegría, un mouvement d’éducation populaire fondée en 1955 dans un bidonville de Caracas par un jésuite chilien et présent aujourd’hui dans plusieurs pays à travers le monde. Un mouvement au sein duquel «personne n’est considéré comme inutile», s’est réjoui François.

Le 17 juin dernier, le Saint-Père a reçu au Vatican le conseil d'administration de la Fédération internationale de Fe y Alegría, un mouvement d'éducation populaire intégrale et de promotion sociale crée en 1955 par le jésuite José Maria Vélaz au Venezuela afin d’offrir une éducation aux enfants des bidonvilles de la capitale.

Les jeunes, protagonistes du mouvement

Dans son message vidéo, enregistré par la Fédération de Fe y Alegría et rendu public ce mercredi, le Pape rappelle aux responsables du mouvement, «aux organisateurs», qu’ils ne sont pas «les protagonistes» du mouvement.

«Le rôle de premier plan de Fe y Alegría n'appartient pas à la personne en charge de chaque site et chaque lieu. Il vous appartient à tous !» affirme François qui mentionne en particulier les jeunes femmes et les jeunes hommes qui composent l’essentiel du mouvement. L’avenir du mouvement mais également de l’humanité est «entre vos mains», leur dit François. «Ou vous vous en chargez ou tout est fini», indique-t-il. Le Pape les invite ainsi à prendre en main la situation avec l’enthousiasme et la capacité d’inclusion propre à la jeunesse.

Pour une culture de l’inclusion

François se félicite du fait que Fe y Alegría soit un mouvement inclusif où personne n’est inutile et qui s’oppose en cela à la culture d’aujourd’hui «plutôt exclusive où pour créer un certain ordre, les éléments qui créent le désordre sont exclus». Tant d’enfants sont exclus et se retrouvent ainsi privés d’éducation, regrette le Pape. Il en va de même pour les malades ou les personnes âgées qui «dérangent, ne produisent pas». Tout ce qui ne sert pas le développement économique, financier et technologique est désormais exclu, déplore François dans ce message.

Plus de 60 ans après sa fondation, plus de 38 000 laïcs et religieux sont actuellement engagés dans ce mouvement présent dans quinze pays d’Amérique latine mais également en Italie, en France ou au Tchad. Plus d’1,3 million d’enfants et d’adultes bénéficieraient actuellement, dans les zones les plus marginalisées, de leurs offres de formation pour apprendre à lire et à écrire ou encore un métier.

 

19 juin 2019, 11:31