Vatican News
Le Pape, auprès du primat anglican Justin Welby, s'exprimant face aux leaders sud-soudanais le 11 avril 2019. Le Pape, auprès du primat anglican Justin Welby, s'exprimant face aux leaders sud-soudanais le 11 avril 2019.  (Vatican Media)

Le Pape encourage les leaders du Soudan du Sud à construire la paix

Après plusieurs années d’un terrible guerre civile, les deux principaux leaders du Soudan du Sud, Salva Kiir et Riek Machar se sont retrouvés depuis hier au Vatican pour une retraite spirituelle, placée sous le patronage commun du Pape, de l’Archevêque de Canterbury, Justin Welby, et du modérateur de l’Église presbytérienne d’Écosse, John Chambers. Ce jeudi en fin de journée, le Pape François s’est exprimé devant les participants à cette démarche inédite.

Le Pape a remarqué que le mot “paix” fut le premier à être prononcé par Jésus après sa Résurrection. C’est donc avec cette parole qu’il a aussi souhaité commencer son discours, «afin que tous et chacun puissent recevoir une nouvelle force pour faire avancer le progrès désiré de votre jeune Nation, et (…) que puisse s’allumer une nouvelle lumière d’espérance pour tout le peuple sud-soudanais».

Jésus-Christ, Fils de Dieu envoyé au monde en tant que Prince de la Paix, est le modèle à suivre, car la paix est «la condition fondamentale pour le respect des droits de chaque homme ainsi que pour le développement humain intégral du peuple entier». Le Pape a ensuite cité la première strophe de l’hymne national du Soudan du Sud: «Ô Dieu, nous te prions et nous te glorifions pour ta grâce en faveur du Soudan du Sud, Terre de grande abondance: soutiens-nous unis et en harmonie». Il s’est appuyé sur ces paroles pour placer cette rencontre sous le regard de Dieu, et donc ouvrir des perspectives nouvelles par rapport aux démarches diplomatiques et politiques déjà accomplies.

Écouter le cri des pauvres

«Le gémissement des pauvres qui ont faim et soif de justice nous oblige en conscience et nous engage dans notre service», a expliqué le Pape aux responsables de ce pays gravement affecté par la famine. François a ensuite développé une méditation sur les trois regards de Jésus sur Pierre, lors du premier appel au bord du lac de Tibériade, lors de la trahison de l’apôtre dans la nuit du Jeudi Saint, et enfin, après la Résurrection, lorsque Jésus confie de nouveau à Pierre la mission de pasteur de son troupeau, en lui indiquant que sa mission culminera dans le sacrifice de la vie.

De même, ceux qui ont été choisis par leur peuple peuvent avoir commis des erreurs, mais «le Seigneur Jésus pardonne toujours les fautes de celui qui se repent et renouvelle toujours sa confiance, en nous demandant en particulier le dévouement total à la cause de son peuple». Chacun doit donc se demander, aujourd’hui, quel regard porte Jésus sur lui, à quelle mission est-il appelé. «Son regard bienveillant et miséricordieux nous encourage à renoncer à la route qui mène au péché et à la mort et nous soutient dans la poursuite du chemin de la paix et du bien», a insisté le Pape François.

Le Saint-Père s’est aussi arrêté sur le regard du peuple, qui «exprime le désir ardent de justice, de réconciliation et de paix». «Votre peuple attend votre retour dans la patrie, la réconciliation de tous ses membres et une nouvelle ère de paix et de prospérité pour tous», a expliqué François, en évoquant notamment le sort des réfugiés et de ceux qui ont perdu des proches dans cette guerre civile. Le cri des souffrants «pénètre les cieux jusqu’au cœur de Dieu le Père qui veut leur donner la justice et leur donner la paix».

La paix est toujours possible

En martelant que «la paix est possible», le Pape a exhorté les responsables sud-soudanais à «accueillir la très haute vocation d’être artisans de paix, dans un esprit de fraternité et de solidarité avec chaque membre de notre peuple, un esprit noble, droit, ferme et courageux dans la recherche de la paix, à travers le dialogue, la négociation et le pardon». Le Pape a salué l’accord de paix signé en septembre dernier et l’engagement des Églises locales pour encourager la réconciliation du peuple sud-soudanais.

«Que l’abondance de la grâce et de la bénédiction de Dieu Miséricordieux rejoigne le cœur de chaque homme et de chaque femme au Soudan du Sud et porte des fruits de paix durable et verdoyante, de la même manière que les eaux du Nil, qui traversent votre pays, font grandir et fleurir la vie», a souligné François en exprimant son désir de se rendre dans le pays dans le cadre d’un voyage œcuménique avec les responsables des Églises anglicane et presbytérienne.

Après avoir récité la prière finale, dans un geste qui n’était pas prévu par le protocole, le Pape s’est enfin rapproché de Salva Kiir et de Riek Machar et s’est incliné pour leur embrasser les pieds, en signe de respect.

11 avril 2019, 18:13