Cerca

Vatican News
Le Pape rencontrant les jeunes et le corps enseignant du lycée Visconti, le 13 avril 2019 au Vatican. Le Pape rencontrant les jeunes et le corps enseignant du lycée Visconti, le 13 avril 2019 au Vatican.  (Vatican Media)

La rencontre du Pape François avec des lycéens de Rome

Le Pape a reçu ce samedi midi en audience au Vatican des lycéens du lycée Visconti de Rome, a souligné que «quand il n’y a pas de liberté, il n’y a pas d’éducation, il n’y a pas de futur».

Devant ces étudiants du lycée romain Visconti, qui a eu parmi ses élèves Eugenio Pacelli, le futur Pape Pie XII, ainsi que le prix Nobel d’économie Franco Modigliani, le Pape François a insisté sur leur devoir de vivre leur passion pour le savoir et pour la culture, dans une contexte de grandes transformations sociales.

«La valeur de la fraternité se base sur la liberté, sur la recherche honnête de la vérité, sur la promotion de la justice et de la solidarité, spécialement à l’égard des personnes les plus faibles», a martelé le Pape, qui s’inquiète du manque de débat et du risque de montée de la haine avec les injustices : «Quand il n’y a pas de liberté, il n’y a pas d’éducation, il n’y a pas de futur. Quand il n’y a pas de recherche honnête de la vérité mais qu’il y a une vérité imposée, qui te retire la capacité de chercher la vérité, il n’y a pas de futur : cela t’annule en tant que personne. Et quand il n’y a pas de promotion de la justice, nous finirons certainement dans un pays pusillanime, égoïste, qui travaille seulement pour quelques-uns.»

Écouter sa voix intérieure

Le Pape a exhorté les étudiants à écouter la voix de leur conscience, «pour ne pas devenir comme un bout de papier qui vole au vent d’un côté à l’autre». Et surtout, «à ne pas avoir peur du silence» : «c’est seulement dans le silence intérieur que l’on peut recueillir la voix de la conscience et la distinguer des voix de l’égoïsme et de l’hédonisme».

François a ensuite invité les jeunes à se libérer de l’addiction au téléphone portable. Cela doit rester un outil de communication, et non pas une drogue. «Quand tu deviens esclave du téléphone, tu perds ta liberté. La vie n’est pas faite simplement pour “se contacter”, mais pour communiquer».

Être capables d’aimer

François a indiqué aux jeunes deux dimensions essentielles dans la vie affective : la pudeur et la fidélité. On doit «aimer avec un cœur élargi chaque jour» et en restant fidèles car «l’amour n’est pas un jeu». «L’amour est la chose la plus belle que Dieu nous a donné», a expliqué le Pape. Aimer, c’est «élargir son cœur», et cela ne s’exprime pas seulement dans le couple ou dans des relations d’amitié, mais aussi dans «l’engagement solidaire envers le prochain, spécialement les plus pauvres».

François a rappelé que «le volontariat est l’une des choses les plus belles et les plus fortes de l’Italie», en invitant donc les lycéens à s’engager dans des activités extra-scolaires.

13 avril 2019, 16:23