Recherche

Vatican News

Le Pape visite une paroisse romaine du quartier de Monteverde

Le Pape François s’est rendu ce dimanche après-midi en visite pastorale à la paroisse San Giulio, dans le quartier de Monteverde.

Cyprien Viet - Cité du Vatican

La 19e visite paroissiale officielle du Pape François dans le cadre de son ministère d’évêque de Rome avait pour objet principal la dédicace du nouvel autel de cette église qui avait été désaffectée depuis 2015 en raison d’un affaissement du plafond. Elle donc désormais rouverte au culte après plusieurs années de travaux durant lesquels les paroissiens se rassemblaient sous un chapiteau provisoire. Le Pape a donc célébré ce rite de dédicace de l’autel dans lequel ont été déposées des reliques de saint Jean Bosco, sainte Marguerite-Marie Alacoque et sainte Maria Goretti, mais il n’a pas prononcé d’homélie.

Un dialogue spontané avec les enfants de la paroisse

Auparavant, François avait reçu en confession trois enfants et une maman, et il a rencontré plusieurs réalités paroissiales : personnes malades, jeunes couples, bénévoles de la Caritas et personnes prises en charge par la paroisse, notamment des sans-abri hébergés durant l’hiver. Il s’est aussi livré au traditionnel jeu des questions-réponses avec les enfants de la paroisse, rassemblés sous le chapiteau avec leurs familles et leurs catéchistes. Le Pape leur a expliqué qu’il est important de donner soi-même à manger aux pauvres, «c’est une chose que tous les chrétiens doivent faire». «Nous tous dans un moment de la vie nous avons été comme des pauvres, nous ne savions pas manger, c’est la maman qui nous a allaités, qui nous a fait grandir, qui nous a donnés à manger.»

Interrogé par une jeune catéchiste sur la question du doute, qui peut tous nous saisir et qui fait partie de la vie lorsque les épreuves nous frappent, François a expliqué que qu’il faut toujours parier sur la fidélité de Jésus, car «tôt ou tard, le Seigneur se fait entendre». Mais il ne faut pas avoir peur de douter, de partager ses doutes avec les autres, notamment dans le cadre de la préparation à la confirmation. Même se fâcher contre Jésus, cela peut être une façon de prier, en lui faisant voir «la vérité de notre cœur», a expliqué François. Et quand on est «cassé, détruit», par exemple après une déception amoureuse, il ne faut pas avoir peur de parler à Jésus et de chercher des amis pour nous relever quand nous sommes à terre.

Les personnes malades doivent dialoguer avec Jésus

En rencontrant les personnes âgées et malades, le Pape a expliqué avec un humour qu’il n’avait pas le numéro de portable de saint Pierre mais qu’il cherchait à «faire ce que Jésus avait demandé à Pierre : de confirmer les frères dans la foi, dans l’espérance, dans la charité». Jésus sait ce que la souffrance, et toutes les lamentations que nous lui transmettons, «il les transforme en prière et les présente au Père, parce que, lui, il est passé par toutes les choses avant nous», a expliqué le Pape en invitant à garder toujours une bonne «connexion» avec Jésus et à dialoguer avec lui.

Le Saint-Père a été accompagné durant cette visite paroissiale par le cardinal-vicaire du diocèse de Rome Angelo de Donatis, par l’évêque auxiliaire du secteur Ouest Mgr Paolo Selvadagi, par le curé de la paroisse San Giulio, Padre Dario Frattini, et par le supérieur général des Chanoines réguliers de l’Immaculée Conception, le père Rinaldo Guarisco. C’est à cette congrégation qu’est confiée la conduite de cette paroisse.

07 avril 2019, 19:04