Cerca

Vatican News
Place Saint-Pierre lors de l'audience générale ce mercredi 6 mars 2019 Place Saint-Pierre lors de l'audience générale ce mercredi 6 mars 2019  (Vatican Media)

Audience générale: les signes multiples de la venue de Dieu

Catéchèse du Pape ce matin place Saint-Pierre. Le Saint-Père a poursuivi son cycle sur le «Notre Père», revenant en particulier sur la seconde invocation de cette prière : «Que ton règne vienne» (Mt 6, 10), lorsque le croyant exprime son désir de voir le Règne du Seigneur arriver.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

Ce souhait fut déjà celui de Jésus. Il avait ainsi «jailli» de son cœur: «Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile» (MC 1,15). Ces paroles ne sont pas une menace, explique le Pape, mais une annonce joyeuse. «Jésus ne veut pas pousser les gens à se convertir en semant la peur du jugement de Dieu ou le sentiment de culpabilité pour le mal commis». Jésus ne fait pas de prosélytisme, il annonce simplement la Bonne Nouvelle et chacun est invité à croire en ce Dieu qui nous a envoyé son Fils qui nous aime et qui s’est fait proche.

Les signes de la venue du Règne de Dieu sont multiples, et tous sont positifs. Avec la venue de Jésus le Règne de Dieu est proche. Ainsi, Jésus lui-même commence son ministère en prenant soin des malades, de ceux qui vivent une exclusion sociale, des pécheurs qui sont regardés par tous avec mépris.

«Jésus est venu, mais le monde est encore marqué par le péché, peuplé de tant de gens qui souffrent, de personnes qui ne pardonnent pas, qui ne se réconcilient pas, par des guerres, par de nombreuses formes d’exploitation, notamment la traite des enfants». Pour le Pape, tous ces faits sont la preuve que la victoire du Christ n’est pas encore complètement mise en œuvre. Tant d’hommes et de femmes vivent encore avec le cœur fermé, regrette-t-il. C’est d’ailleurs dans ces situations qu’apparaît sur les lèvres du chrétien l’invocation «Que ton Règne vienne !» Et le Pape se demande avec nous pourquoi ce Règne se réalise si lentement.

Le Règne s'instaure par la douceur

«Dieu n’est pas comme nous, il est patient ! Ce n’est pas par la violence que s’instaure le Règne de Dieu dans le monde, mais par la douceur», explique François. Il parle du levain invisible et qui pourtant fait fermenter la masse ou du grain de moutarde qui porte en soi la force extrême de la nature. En son temps, la vie de Jésus aussi était un événement pratiquement inconnu des historiens de l’époque, «un grain de blé» comme il se définissait lui-même.

«Une graine qui germe est plus l’œuvre de Dieu que de l’homme qui l’a semée ». Dieu nous précède toujours. Dieu nous surprend toujours et grâce à lui, poursuit François, «après la nuit du Vendredi saint il y a une aube de résurrection capable d’illuminer d’espérance le monde entier».

Le Pape invite ainsi chaque fidèle à semer cette invocation pour qu’elle bouleverse «nos péchés et nos échecs» ; à l’offrir aux personnes blessées par la vie, à celles qui vivent des jours inutiles sans comprendre pour quoi ou aux martyrs de l’histoire, aux personnes qui se sont battues pour la justice sans résultat, en ce monde toujours dominé par le mal. «Nous entendrons alors la prière du Notre-Père répondre». Dans nos cœurs, assure François, nous entendrons le Seigneur nous annoncer sa venue prochaine.

06 mars 2019, 12:01