Cerca

Vatican News
Le père Rutilio Grande, prêtre jésuite du Salvador assassiné en 1977 Le père Rutilio Grande, prêtre jésuite du Salvador assassiné en 1977  

Conversation entre le Pape François et les jésuites d’Amérique Centrale

Le 26 janvier dernier, au cours de son voyage au Panama à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse, le Pape François s’est entretenu avec trente jésuites, dont dix-huit novices, de la province d’Amérique centrale. Le Saint-Père a répondu aux questions qui lui étaient posées en faisant plusieurs fois référence à ses expériences personnelles.

Divers thèmes ont été abordés au cours de cette conversation à la nonciature apostolique, parmi lesquels la théologie de la libération, l’éducation actuelle des jeunes et le lien qui peut exister entre les jésuites et la politique.

Trois problèmes politiques

Le Pape François, à partir de l’expérience vécue aux cours de ces JMJ à Panama, a mis en évidence trois problèmes contemporains d’ordre politique. Le premier concerne les nouvelles formes de colonisation en particulier «idéologiques et culturelles»; le Saint-Père a invité les jésuites à déterminer celles auxquelles «sont soumis nos peuples» d’Amérique latine. Le second est celui de l’habitude préoccupante au climat de cruauté et de haine qui façonne la société. Le troisième est relatif à la justice, une justice qui selon François cherche seulement la «peine sans l’espérance».

Les jésuites et la politique

Le Pape a affirmé que «l’Évangile est une expression politique, parce qu’il vise la polis, la société, toute personne en tant qu’elle appartient à la société». Dans cette perspective, «l’engagement politique pour un religieux ne signifie pas militer dans un parti politique… son devoir est celui d’être au-dessus des partis. Mais pas comme celui qui s’en lave les mains, plutôt comme quelqu’un qui accompagne les partis pour qu’ils parviennent à une maturation, en apportant le point de vue de la doctrine chrétienne». «En Amérique latine, il n’y a pas toujours eu de maturité politique», a ajouté le Saint-Père.

La théologie de la libération

Le Pape François a aussi voulu rappeler que les jésuites ont été des «pionniers pendant les années de luttes sociales chrétiennes» en Amérique. Il a évoqué en particulier le sacrifice du prêtre jésuite Rutilio Grande, et son influence sur saint Oscar Romero. «À cette époque-là, a-t-il affirmé, il y avait des évêques, dont quelques-uns très proches des régimes du moment, qui pensaient que canoniser Romero signifierait ‘canoniser le marxisme’». Mais «l’important est de ne pas se faire submerger par l’idéologie, ni d’un côté ni de l’autre», et encore moins par l’«idéologie ascétique» du «ne te mêle de rien: c’est l’idéologie la pire», selon le Saint-Père.

Inculturation de la foi et de la sainteté

Réagissant aux préoccupations d’un jeune jésuite maya, le Pape François a rappelé que «chacun doit conserver la culture dont il provient, parce que la sainteté que l’on veut atteindre doit se baser sur cette culture, pas sur une autre. Toi qui viens de ces cultures, n’amidonne pas ton âme, s’il te plait!», s’est exclamé François. «Sois maya jusqu’à  la fin. Jésuite et maya», lui a-t-il demandé. Le Souverain Pontife a par ailleurs confié qu’il travaillait pour la cause de béatification de Matteo Ricci, et il a parlé de l’importance de de l’amitié de ce dernier «avec Xu Guangqi, le laïc chinois qui l’accompagnait et qui est resté laïc et chinois, en se sanctifiant en tant que chinois et non pas en tant qu’italien comme l’était Ricci».

Transparence et prise de risque

Se souvenant de son expérience de maître des novices et de supérieur, le Pape François a mentionné quelques attitudes selon lui fondamentales: la transparence de la conscience, la vertu du concret, «la vertu qui est demandé à tous aujourd’hui, et encore plus à un jésuite». «Ça suffit avec la tête dans les nuages… Dehors les trucs éthérés. La vie spirituelle concrète. La vie engagée, concrète. La vie d’amitié, concrète», a demandé le Saint-Père. Mais le Pape s’est surtout plu à élargir l’horizon: «Mettre sa vie en jeu: c’est une des choses les plus risquées qui soit aujourd’hui. En effet, nous sommes à une époque où le provisoire prévaut sur le définitif», a-t-il affirmé.

Le virtuel et la rencontre

Le domaine numérique est un défi, a rappelé le Saint-Père: «il aide à créer des contacts, mais pas des ‘rencontres’», dans la mesure où «il ne te tient pas uni aux racines. Il t’envoie en orbite. Il t’enlève la dimension concrète» de la vie, a-t-il expliqué.  Le Pape a pointé, d’une manière plus générale, une crise de notre capacité à rencontrer. Le dialogue entre les jeunes et les anciens reste d’après lui le remède: «les racines, ce sont les personnes âgées qui les donnent. C’est pour cela que, quand je dis que les jeunes doivent rencontrer les plus vieux, je n’exprime pas une idée romantique. Faites-les parler».

Davos et une économie sans racines

Le Pape a enfin commenté une nouvelle entendue à propos du Forum de Davos, c’est-à-dire «que la dette globale des pays est plus élevée que leur produit brut à tous». Pour François, «c’est comme l’escroquerie de la chaine de saint Antoine: les chiffres sont gonflés, des millions et des milliards, mais dessous il n’y a rien d’autre que de la fumée, tout est liquide, gazeux, et tôt ou tard cela s’écroulera».   

L’intégralité de cet entretien est à retrouver dans le numéro 4048 de La Civiltà Cattolica, la revue jésuite italienne, qui sort le samedi 16 février 2019.

14 février 2019, 11:55