Cerca

Vatican News
La place Saint-Pierre lors de l'Angélus le 10 février 2019. La place Saint-Pierre lors de l'Angélus le 10 février 2019.   (Vatican Media )

Angélus : «Jésus nous demande de l’accueillir sur la barque de nos vies»

Le Pape a commenté l’Evangile de ce dimanche qui relate en Saint-Luc le récit de l’appel de Simon-Pierre et la pêche miraculeuse sur la rive du lac de Galilée.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Le Pape François, au cours de la prière de l’angélus a commenté l’Evangile de Saint Luc qui revient sur l’appel de Jésus à Simon-Pierre. «Jésus, sur la rive du lac de Galilée le voit alors qu’il répare les filets, aux côtés d’autres pécheurs» a rappelé le Saint-Père, «il le voit fatigué et déçu car il n’a pas trouvé de poisson».

«Jésus le surprend par un geste imprévu», a poursuivi le Pape, en montant sur la barque et demandant de s’éloigner un peu du rivage pour enseigner la foule. Et ses paroles rouvrent à la confiance jusqu’au cœur de Simon. Jésus surprend par cette phrase : «Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche.»

La réponse de la foi

Simon répond avant tout par une objection a rappelé le Pape : «Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre» et comme pécheur, il aura pu répondre aussi : «Si nous n’avons rien pris de la nuit, nous pêcherons encore moins durant le jour». Mais Simon, a expliqué le Saint-Père, inspiré par la présence de Jésus est illuminé par sa Parole et dit finalement : «sur ta parole, je vais jeter les filets».

C’est la réponse de la foi, a poursuivi le Pape, que nous sommes nous aussi appelés à donner, c’est le comportement de disponibilité que le Seigneur demande à tous ses disciples, surtout à ceux qui ont des responsabilités dans l’Eglise.

Un sens nouveau à l’existence 

L’obéissance confiante de Pierre génère un résultat prodigieux a poursuivi François : «Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer». Cette pêche miraculeuse est signe de la puissance de la parole de Jésus, quand nous mettons avec générosité à son service, il accompli en nous de grandes choses.

«Jésus nous demande de l’accueillir sur la barque de nos vie», a expliqué le Pape, pour repartir avec Lui et fendre une mer nouvelle, pleine de surprises. Son invitation à sortir en haute mer à l’humanité de notre temps, pour être témoins de bonté et de miséricorde, donne un sens nouveau à notre existence, qui risque souvent de s’aplatir sur elle-même.

Nous pouvons parfois rester surpris ou réticents face à cet appel, a encore souligné le Saint-Père, tenter de le refuser pensant qu’il ne nous est pas adapté. Pierre lui-même, après sa pêche incroyable dit à Jésus : «Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur», mais il le dit à genoux, devant Celui qu’il reconnaît comme «Seigneur».

Annonciateurs de la Parole

Mais Jésus l’encourage : «Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras». Si nous lui faisons confiance a expliqué le Pape, il nous libère de notre péché et nous ouvre devant un horizon nouveau : collaborer à sa mission.

Le Pape a conclu sa méditation en rappelant que le plus grand miracle réalisé par Jésus pour Simon et les autres pécheurs déçus et fatigués n’était pas tant dans les filets pleins de poisson, mais de les avoir encouragé à ne pas tomber dans la déception et le découragement face aux défaites. Il les a ouverts pour qu’ils deviennent annonciateurs et témoins de sa parole et du Règne de Dieu. Que la Vierge, a demandé François nous aide à sentir la fascination de l’appel du Seigneur.

10 février 2019, 12:01