Cerca

Vatican News
Le Pape a reçu les membres de la Protection civile italienne, samedi 22 décembre 2018. Le Pape a reçu les membres de la Protection civile italienne, samedi 22 décembre 2018.  (Vatican Media)

La Protection civile italienne, un modèle à suivre pour le Pape

En salle Paul VI, le Pape a reçu «une assemblée multicolore»: 7 000 membres de la Protection civile italienne composée de professionnels et de volontaires issus des corps des forces de l’ordre ou d’institutions locales, régionales ou scientifiques, «qui ont décidé de mettre leurs compétences et leur temps libre au service de la collectivité». Un travail de prévention dans l’urgence pour garantir un retour à la vie normale, que salue le Pape François.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Le Saint-Père demande au Seigneur de bénir les membres de la Protection civile qui constitue «la plus complexe et articulée forme de solidarité publique afin de garantir la sécurité individuelle et collective». Le principe de subsidiarité sur lequel repose ce système opératif «pourrait inspirer d’autres secteurs de la vie publique», suggère François.

En Italie, le territoire est caractérisé par la beauté de son paysage et la richesse de son patrimoine historique et artistique, «des éléments merveilleux qui cohabitent malheureusement avec des situations de danger et de vulnérabilité qui souvent se somment créant des situations de risques potentiellement très élevés».

Bien sûr, poursuit François, les sciences et les technologies aident à connaître et prévoir de nombreux phénomènes naturels, mais, souligne-t-il, elles ne se traduisent pas toujours par des interventions de préventions qui pourraient réduire drastiquement les pertes matérielles ou en vie humaine.

Protéger la vie, même en dehors des sujets d'urgence

Le Pape se félicite du fait que la Protection civile n’ait de cesse de répéter qu’il ne faut pas se soucier de la défense de la vie humaine ou de la sauvegarde du territoire et des infrastructures uniquement dans les phases d’urgence. Il faut s’en soucier dans les activités de prévisions, dans la prévention et après les catastrophes, lors d’un retour à la vie normale «souvent plus long et complexe qu’on puisse imaginer».

«Vous les premiers, savez que ‘la culture écologique ne peut pas se réduire à une série de réponses urgentes et partielles aux problèmes qui sont en train d’apparaître par rapport à la dégradation de l’environnement, à l’épuisement des réserves naturelles et à la pollution’. Dans son Encyclique Laudato Si’, François écrit que servent «un regard différent, une pensée, une politique, un programme éducatif, un style de vie et une spiritualité», parce que se contenter de chercher «un remède technique à chaque problème environnemental qui surgit, c’est isoler des choses qui sont entrelacées dans la réalité, et c’est se cacher les vraies et plus profondes questions du système mondial (Laudato Si’, 111).»

Les institutions territoriales ont le devoir de programmer un usage correct du territoire, en remédiant aux erreurs du passé, de le gérer et d’en prendre soin. Mais la prédisposition des plans de la Protection civile est tout aussi importante, juge François, pour pouvoir agir dans l’urgence. Il regrette que des «procédures peu linéaires» et «peu de ressources» soient accordées à ce travail de «grande responsabilité».  

L'importance de l'éducation

Le Pape loue également le souci de la Protection civile de former les jeunes générations notamment, afin qu’elles connaissent leur territoire et puissent adopter des comportements réduisant les risques pour eux-mêmes, et pour les autres. Le Pape explique que, lui aussi, interpelle les jeunes pour qu’ils aiment et protègent la nature, et permettent aux valeurs de coexistence de se répandre pour l’émergence d’un monde plus solidaire et plus sûr.

Le Pape n’a pas manqué, bien sûr, d’évoquer les victimes cette année des calamités naturelles ainsi que des secouristes décédés en cherchant à les sauver.

En Italie, près de 500 trombes d’air se sont abattues dans le pays cette année. Le mauvais temps a touché l’ensemble de la péninsule, et ainsi des zones frappées ces dernières années par des tremblements de terre. La Protection civile a évalué l’impact des phénomènes climatiques de 2018 à 6,2 milliards d’euro, demandant à Bruxelles au début du mois, l’activation du Fonds de solidarité de l’Union européenne.

22 décembre 2018, 13:10