Cerca

Vatican News
Le Pape François et une moniale de l'Ordre des Mercédaires - 6 décembre 2018 Le Pape François et une moniale de l'Ordre des Mercédaires - 6 décembre 2018   (Vatican Media)

Le Pape rencontre les religieux mercédaires pour les 800 ans de leur ordre

Ce jeudi, 120 religieux de l’Ordre des Mercédaires ont été reçus en audience par le Pape François. Fondé en 1218 par saint Pierre de Nolasque, cet ordre initialement dédié au rachat des chrétiens captifs garde un charisme plein de sens pour le monde d’aujourd’hui, comme l’a rappelé le Saint-Père.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Aux religieux - frères et moniales - qu’il a reçus ce jeudi en fin de matinée, le Pape François a assuré que le «charisme mercédaire est d’actualité et il est appelé à se laisser interpeller par les nouveaux champs d’action et de "service rédempteur", comme peuvent l’être la promotion de la dignité de la personne humaine, la prévention des esclavages physiques ou spirituels, l’accompagnement et la réinsertion des plus vulnérables de notre société». C’est donc un appel à se laisser inspirer par la «créativité de Dieu» que le Saint-Père a lancé aux membres de l’Ordre de Notre-Dame-de-la-Merci.

L’Ordre des Mercédaires, fondé il y a 800 ans, est avec l’Ordre des Trinitaires ce que l'on appelle un ordre rédempteur, dont la mission principale était à l’origine de délivrer des mains des pirates maures les chrétiens en captivité.

Faire miséricorde aux opprimés

Le charisme des religieux mercédaires reste fondé sur le verset de Luc : «Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple» (1,68), et les membres de l’ordre sont «appelés à sortir pour sauver les chrétiens qui sont en danger de perdre la foi, qui se voient dégradés dans leur dignité en tant que personnes et qui sont emmêlés dans des principes et des systèmes opposés à l’évangile», a expliqué le Pape. Ils doivent se faire «porteurs de la rédemption du Seigneur envers les prisonniers, les réfugiés et les migrants, ceux qui tombent dans les réseaux de la traite des personnes, envers les adultes vulnérables, les enfants orphelins et exploités».

Prendre soin de l’amour originel

Le Saint-Père a ensuite rappelé qu’«aujourd’hui, comme en d’autres époques de l’histoire, le chrétien est menacé par ce triple ennemi : le monde, le démon et la chair». «Ce n’est pas quelque chose du passé, c’est quelque chose d’actualité», a-t-il insisté, invitant alors son auditoire à la vigilance «pour ne pas tomber dans cet état de manque de vitalité spirituelle». L’enjeu est de garder «la beauté et la force de ce premier amour de Dieu dans nos âmes», à la manière d’un couple encore amoureux après de nombreuses années de mariage.

Des encouragements pour l’avenir

Le Pape François a aussi encouragé les religieux mercédaires dans l’offrande de leur vie à la suite du Christ : il s’agit de se donner à Lui «sans rien garder dans sa bourse ; non seulement en donnant le matériel et le superflu, mais aussi en Lui donnant tout ce que l’on a en propre, jusqu’à nos goûts et nos opinions», comme la conséquence d’un «cœur qui a été "touché" par l’amour de Dieu », a affirmé François. «Ne vous lassez pas d’être instruments de liberté, de joie et d’espérance», a conclu le Saint-Père, avant de les confier à la prière de la Vierge de la Merci et du bienheureux Pierre Pascual, martyr espagnol de l’Ordre, fêté ce 6 décembre.  

06 décembre 2018, 14:09