Cerca

Vatican News
La Place Saint-Pierre le 26 décembre 2018. La Place Saint-Pierre le 26 décembre 2018.   (Vatican Media)

Angélus: la joie de Bethléem et le martyre de Saint Etienne sont liés

Lors de l'Angélus, le Pape François est revenu sur les similarités entre Jésus et Saint Etienne. Deux parcours marqués par la prière et le pardon.

Au lendemain de la Nativité, «alors que la joie inonde encore nos coeurs» comme l’a déclaré le Saint-Père à une foule immense rassemblée place Saint-Pierre, est célébrée la mémoire de Saint Etienne, diacre et premier martyr. Cela pourrait sembler étrange de la lier à la fête de Noël, de lier la joie de Bethléem à la lapidation de Jérusalem, avance François, avant de s’expliquer : l’enfant Jésus est le fils de Dieu fait homme, qui sauvera l’humanité en mourant sur la croix. «Aujourd’hui nous le contemplons enveloppé de langes dans la crèche, après la crucifixion il sera de nouveau enveloppé de bandages et déposé dans un tombeau».

Ce n’est pas un hasard si la fête de ce martyr tombe le lendemain de Noël, car Saint Etienne et Jésus présentent des attitudes similaires selon François. Etienne, dont le martyr est narré dans la première lecture de ce jour (Actes des Apôtres), est mort comme Jésus, «confiant sa propre vie à Dieu et en pardonnant à ses persécuteurs» a détaillé le Saint-Père. Lors de sa lapidation, Etienne priait ainsi: «Seigneur Jésus, reçois mon esprit». Ces mots rappellent ceux du Christ prononcés sur la Croix, a déclaré le Pape François, «l’attitude de Saint Etienne qui imite fidèlement le geste de Jésus est une invitation adressée à chacun de nous à accueillir avec foi des mains du Seigneur ce que la vie nous réserve de positif mais aussi de négatif». Notre existence est ainsi marquée par des moments de joie, mais également de difficulté et de désarroi, «la confiance en Dieu nous aide à accueillir ces moments pénibles et à les vivre comme des occasions de croissance dans la foi et de construction de nouvelles relations avec ses frères», a continué le Pape François.

Prier pour ses persécuteurs et pardonner 

Saint Etienne a également imité Jésus à travers le pardon. Il n’a pas maudit ses persécuteurs mais a prié pour eux: «puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte: “Seigneur, ne leur compte pas ce péché”». Nous sommes ainsi appelés à suivre son exemple et à toujours pardonner a expliqué le Souverain Pontife, car «le pardon allège le coeur, engendre le partage, donne sérénité et paix». Le protomartyr Etienne indique de cette manière la route à suivre dans nos relations familiales, à l’école et au travail, dans les paroisses et dans nos communautés. «La logique du pardon est toujours victorieuse et ouvre des horizons d’espérance», et se cultive avec la prière. C’est ainsi que Saint Etienne, les yeux fixés vers le Ciel a été capable de pardonner à ses tueurs. Selon le Pape François, il faut prier l’Esprit Saint afin qu’Il «répande sur nous le don de la force, qui guérit nos peurs, nos faiblesses et nos petitesses».

Le Souverain Pontife a conclu en invoquant l'intercession de la Vierge Marie et de Saint Etienne: «que leur prière nous aide à toujours faire confiance à Dieu, spécialement dans les moments difficiles, et nous soutienne dans le but d’être des hommes capables de pardonner».

A la suite de la prière de l’Angélus, le Saint-Père a tenu à remercier les pèlerins du monde entier pour leurs mots et surtout pour leurs prières à l’occasion de Noël, «Je ne peux pas répondre à chacun, mais j’adresse à tous un remerciement sincère».

26 décembre 2018, 12:44