Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de l'Angélus, dimanche 23 décembre 2018. Le Pape François lors de l'Angélus, dimanche 23 décembre 2018.   (Vatican Media)

Angélus: vivre Noël à l’image de Marie dans la foi et la charité

En ce 4ème dimanche de l’Avent, 23 décembre, le Pape François s’est arrêté sur l’épisode de la Visitation de la Vierge Marie. L’occasion de prendre pour modèle «la foi et la charité» de Marie, à l’approche de la naissance du Christ.

La liturgie de ce quatrième dimanche de l’Avent met l’accent sur la figure de Marie, qui s’apprête à donner naissance à Jésus, le Sauveur du monde, a expliqué le Pape François avant de réciter la prière de l’Angélus devant la foule de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.

Nous invitant à poser notre regard sur Marie, «modèle de foi et de charité», le Pape invite à nous demander «quelles étaient ses pensées» durant tous ces mois d’attente. «La réponse provient de l’Évangile du jour, relatant la visite de Marie à sa cousine Elisabeth» (cf. Lc 1, 39-45).

Heureux ceux qui croient

En la matière, le contraste est évident entre Marie, qui avait foi, «Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur». (v. 45), et Zacharie, le mari d’Elisabeth, qui n’avait pas cru en la promesse de l’ange Gabriel. Lui, resta donc silencieux jusqu’à la naissance de son fils Jean. 

Rencontrer Dieu est permis par la foi et la charité

Cet épisode nous aide à lire avec une lumière toute particulière le mystère de la rencontre de l'homme avec Dieu, observe François. Une rencontre qui, selon le Saint-Père, n’est pas placée «sous le signe de prodiges étonnants», mais bien «sous le signe de la foi et de la charité».

Marie est bénie entre toutes les femmes «parce qu'elle a cru»: sa rencontre avec Dieu est le fruit de la foi, souligne le Pape. Zacharie, en revanche, qui n’a pas cru, est resté sourd et muet pour grandir dans la foi pendant ce long silence.

Sans foi, ni consolation ni espoir

«Sans foi, nous restons inévitablement sourds à la voix consolante de Dieu; et nous restons incapables de prononcer des mots de consolation et d'espoir pour nos frères», relève le Souverain pontife. Mais la foi, à son tour, se nourrit de charité. «Nous le voyons avec les personnes qui n’ont pas de foi ou qui ont ''une toute petite foi'' et qui côtoient des personnes en grande souffrance. Elles n’ont que des paroles de circonstances, car elles n’ont pas la force qui vient de la foi», ajoute-t-il.

La charité authentique, source de joie

La naissance de Jésus a débuté ainsi, par un simple geste de charité; la charité authentique est toujours le fruit de l'amour de Dieu, poursuit l’évêque de Rome. Selon lui, la visite de Marie à Élisabeth nous prépare donc à bien vivre Noël, en nous transmettant «le dynamisme de la foi et de la charité, œuvres de l’Esprit Saint».

Se détourner de soi et regarder les autres

«Un dynamisme plein de joie, comme nous le voyons dans la rencontre entre les deux mères, hymne de joie et d’exultation dans le Seigneur, qui fait de grandes choses avec les petits qui lui font confiance», a conclu le Pape avant d’appeler chacun à vivre un Noël «extraverti», au sens où il ne doit pas être centré sur notre «moi», mais sur le «Tu» du Christ et de nos frères...

Après l’Angélus

Après avoir récité la prière de l’Angélus, le Pape François a eu une pensée pour toutes les familles sur le point de célébrer Noël aux quatre coins du monde, mais aussi à toutes celles et ceux qui vivent loin de leurs proches. «Beaucoup de personnes n’ont pas la possibilité d’être en famille, pour différentes raisons; et aujourd'hui, je voudrais m'adresser d'une manière particulière à tous ceux qui sont loin de leur famille et de leurs terres. Notre Père céleste ne vous oublie pas et ne vous abandonne pas», a garanti le Pape rappelant que «les portes de la communauté chrétienne sont ouvertes, Jésus est né pour tous et donne à tous l’amour de Dieu».

23 décembre 2018, 12:52