Version Béta

Cerca

Vatican News
A Minya, les funérailles des coptes chrétiens tués dans l'attentat du vendredi 2 novembre 2018. A Minya, les funérailles des coptes chrétiens tués dans l'attentat du vendredi 2 novembre 2018.  (ANSA)

Prière du Pape pour la communauté copte égyptienne victime d'un attentat

La communauté chrétienne copte égyptienne a de nouveau été la cible d'un attentat vendredi 2 novembre. Ce dimanche, le Pape prie pour les victimes.

Après l'Angélus, le Pape a tenu à faire part de sa douleur à la suite de l’attentat contre des fidèles coptes en Egypte, «Je prie pour les victimes, les pèlerins tués pour le seul fait d’être chrétien, et je demande à la Très Sainte Vierge de consoler les familles et toute la communauté».

Vendredi, des assaillants ont ouvert le feu sur un bus transportant des fidèles chrétiens. Sept personnes sont mortes et sept autres blessées. L'attentat a été revendiqué par le groupe jihadiste de l'Organisation de l'Etat islamique (EI), près d'un an après sa dernière attaque contre cette minorité chrétienne. Les fidèles rentraient chez eux après avoir effectué un pèlerinage au monastère de Saint-Samuel. 

Hier dans la province de Minya, les familles des victimes enterraient leurs morts. Sous haute surveillance policière, des centaines de personnes se sont rassemblées dans l’église du prince Tadros.

«Nous n'oublierons pas les promesses des responsables, y compris celles du président de la République, de châtier les criminels», a lancé à la fin des prières l'évêque de Minya Makarios à l'église de la communauté copte. La ministre de la Solidarité sociale Ghada Wali a annoncé que l'Etat allait payer 100.000 livres égyptiennes (près de 5000 euros) à la famille de chacune des victimes, ainsi qu'une pension mensuelle aux familles de 1.500 livres (73 euros).

Une communauté victime d'une série noire 

Depuis fin 2016, les coptes sont une cible privilégiée des jihadistes. En décembre 2016, un attentat suicide, revendiqué par l'EI, contre une église du Caire, contiguë à la cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l'Eglise copte orthodoxe Tawadros II, avait fait 29 morts. Un an plus tard, un terroriste de l’Etat Islamique tuait 9 personnes dans une église du Caire. En mai 2017, 28 pèlerins coptes, dont de nombreux enfants, ont été tués à Minya par des hommes armés. Ils effectuaient eux aussi un pèlerinage au monastère de Saint-Samuel.

Le président Abdel Fattah Sissi a dit vendredi sa «détermination à continuer de combattre le terrorisme». Ce dimanche, le ministère de l'Intérieur annonçait que dix-neuf jihadistes présumés liés à l'attentat ont été tué lors d'un échange de «tirs» avec la police. 

04 novembre 2018, 11:49