Version Béta

Cerca

Vatican News
Le père Giuseppe dit "Pino" Puglisi, martyr de la mafia, est au coeur de la visite du Pape François en Sicile. Le père Giuseppe dit "Pino" Puglisi, martyr de la mafia, est au coeur de la visite du Pape François en Sicile. 

La visite du Pape à Palerme, un encouragement dans la lutte contre la mafia

Le Pape François est arrivé en Sicile. Il visite ce samedi 15 septembre 2018 les diocèses de Piazza Armerina et Palerme. Le Saint-Père effectue ce déplacement à l’occasion du 25e anniversaire de la mort du père Pino Puglisi, victime de la mafia.

Entretien réalisé par Hélène Destombes- Cité du Vatican

Lors de ce déplacement de quelques heures, le Pape ira à la rencontre des autorités, du clergé local, des jeunes mais également des détenus et migrants avec qui il déjeunera à 13h30 au sein de la "Mission Esperance et Charité", une association, fondée par un missionnaire laïc, Biagio Conte, qui vient en aide aux personnes en grande difficulté.

Le Saint-Père présidera ce samedi matin à 11h45 une messe en la mémoire du père Pino Puglisi. Très engagé auprès des jeunes qu’il tentait de protéger des griffes de la mafia, ce prêtre sicilien a été assassiné à l’âge de 56 ans devant chez lui dans le quartier Brancaccio le 15 septembre 1993. Il fut béatifié en mai 2013. Le Pape François, au lendemain de sa béatification depuis le Vatican, avait salué la figure d’«un prêtre exemplaire, spécialement dévoué à la pastorale des jeunes». Le 25e anniversaire de sa mort est la principale raison de cette visite du Pape François en Sicile.

Cette visite est pour Mgr Corrado Lorefice, archevêque de Palerme, un encouragement «pour que l’Église sicilienne soit une Église capable d’oser une annonce missionnaire de l’Évangile, dans la joie, pour que l’amour de Dieu rejoigne tout le monde».

Le père Sergio Natoli, missionnaire Oblat de Marie Immaculée, membre de la section migrants de l’archidiocèse de Palerme, sera présent ce samedi aux cotés des jeunes Place Politeama lors de la rencontre avec le Pape. Il évoque «un signe d’espérance».

Entretien avec le père Sergio Natoli
14 septembre 2018, 15:26