Version Béta

Cerca

Vatican News
Un convoi militaire turc aperçu le 29 août dans la province d'Idleb, sur une autoroute reliant Damas à Alep. Un convoi militaire turc aperçu le 29 août dans la province d'Idleb, sur une autoroute reliant Damas à Alep.  (AFP or licensors)

Syrie: le Pape François s'inquiète de la situation dans la province d'Idleb

Lors de l'Angélus ce matin, le Pape François a lancé un appel pour le respect du droit humanitaire en Syrie, alors que la bataille d'Idleb semble imminente, impliquant plusieurs pays.

À la suite de l’Angélus du 2 septembre 2018, le Pape François a évoqué la situation dans laquelle est plongée la Syrie, plus précisément la province d’Idleb, dans le nord-ouest du pays. «Il y a encore des vents de guerre et des nouvelles inquiétantes sur les risques d’une catastrophe humanitaire dans la Syrie bien-aimée», a déclaré le Souverain Pontife, avant de renouveler son «appel sincère à la communauté internationale et à tous les acteurs concernés pour qu’ils utilisent les instruments de la diplomatie, du dialogue et de la négociation, dans le respect du droit international humanitaire, pour protéger la vie des civils».

Dernière zone rebelle  

La province d’Idleb est le dernier grand fief des insurgés. Depuis des semaines, le régime amasse des renforts aux abords d'Idleb, région frontalière de la Turquie, avant une probable offensive qui s'annonce comme l'ultime bataille d'envergure dans le conflit qui déchire le pays depuis 2011. La province est contrôlée à 60% par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, groupe dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, ainsi que par des factions rebelles, et les deux camps se livrent à des luttes intestines.

Afin d’éviter une offensive qui serait une «catastrophe humanitaire selon l’ONU», des pourparlers de la dernière chance sont en cours depuis plusieurs jours. Le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov a notamment annoncé la création de couloirs humanitaires pour évacuer la population civile.

Une catastrophe humanitaire 

Humanitaire et ONG font part de leurs inquiétudes à propos d’une offensive sur Idleb, une province où les services de santé sont sous pression et où deux millions d’habitants dépendent de l’aide vitale livrée par la Turquie. Les combats pourraient donner lieu à un nouvel exode massif en Turquie.

«Un scénario du pire à Idleb a le potentiel de créer une urgence humanitaire encore jamais vue tout au long de cette crise», a averti John Ging, haut responsable du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce n’est évidemment pas la première fois que le Pape François appelle à la paix en Syrie. Par exemple, le 1er mai, il était aller prier le chapelet au sanctuaire de Notre-Dame du Divin Amour pour la paix dans ce pays ravagé par la guerre civile depuis 2011. Et lors du Regina Coeli du 15 avril dernier, il avait appelé les dirigeants internationaux à s’entendre sur la question syrienne.

02 septembre 2018, 11:20