Cerca

Vatican News
Les JMJ de Rio en 2013 Les JMJ de Rio en 2013 

Il y a cinq ans, le Pape célébrait les JMJ à Rio de Janeiro

Le 22 juillet 2013, François entamait le premier voyage international de son pontificat en se rendant au Brésil pour les Journées mondiales de la jeunesse. Il appela les jeunes à porter le Christ au monde, sans avoir peur, conscients que la foi est la vraie révolution du monde parce qu’il change les cœurs.

C’était le premier déplacement hors du Vatican du nouveau pape : François se rendait du 22 au 29 juillet 2013 à Rio de Janeiro pour les Journées mondiales de la jeunesse dont le thème choisi par Benoît XVI, était : «Allez ! de toutes les nations faites des disciples».

Le premier contact entre la jeunesse venue des quatre coins du monde et le nouveau souverain pontife, eut lieu sur la mythique plage de Copacabana. Fustigeant l’attachement à l’argent, aux biens matériels, l’illusion du pouvoir, François exhorte alors les jeunes à mettre le Christ dans leur vie. «Mets en Lui ta confiance, et tu ne seras jamais déçu». «Mets la foi, mets l’espérance, mets l’amour» lance alors le Pape.

Le chemin de croix

L’un des moments forts de ces JMJ, c’est le chemin de croix sur le bord de mer de Copacabana. «Jésus, avec sa croix, parcourt nos routes pour prendre sur lui nos peurs, nos problèmes, nos souffrances, même les plus profondes» déclare le Pape. Pour lui, la croix laisse à ceux qui l’ont touchée ou vue, «un bien que personne ne peut nous donner : la certitude de l’amour fidèle de Dieu pour nous. Un amour si grand qu’il entre dans notre péché et le pardonne, qu’il entre dans notre souffrance et nous donne la force pour l’affronter, qu’il entre aussi dans la mort pour la vaincre et nous sauver».

Porter la parole de Dieu

Lors de la veillée de prière, toujours sur la plage de Copacabana, le Pape François invite tous les jeunes présents à être des «athlètes du Christ». Le lendemain, le dimanche, lors de la messe de clôture, devant trois millions de pèlerins, François exhorte à ne pas avoir peur de porter le Christ partout, jusqu’aux «périphéries existentielles».

Il faut avoir le courage de porter l’Évangile pour «porter la force de Dieu afin de déraciner et de démolir le mal et la violence, pour détruire et abattre les barrières de l’égoïsme, de l’intolérance et de la haine, pour édifier un monde nouveau» . «Le Pape compte sur vous» lance en conclusion François.

22 juillet 2018, 17:08