Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape recevant d'anciennes victimes de la traite, le 12 février 2018 au Vatican. Le Pape recevant d'anciennes victimes de la traite, le 12 février 2018 au Vatican.  (Vatican Media)

Le Pape soutient la Journée pour la vie organisée par l’épiscopat britannique

L’édition 2018 de la Journée pour la vie organisée par les évêques britanniques, le 17 juin, portera sur la traite des êtres humains.

Pour l’occasion, le Pape François a envoyé à la conférence épiscopale un message dans lequel il adresse une prière au «Dieu de la Miséricorde», afin que par l’intercession de sainte Joséphine Bakhita, protectrice des victimes de la traite des êtres humains et de l’esclavage moderne, «les chaînes de leur prison soient brisées». Le Saint-Père prie pour que «Dieu puisse libérer tous ceux qui ont été menacés, blessés ou maltraités par le commerce et par la traite des êtres humains et puisse apporter un réconfort à ceux qui ont survécu à une telle inhumanité». Il adresse donc un appel «pour que nous puissions tous ouvrir les yeux, voir la misère de ceux qui sont complètement privés de leur dignité et de leur liberté, et écouter leur appel à l’aide».

La vie est sacrée aussi pour les pauvres et les victimes de l’esclavage moderne

Dans une note, les évêques britanniques expliquent cette initiative en rappelant ce qu’avait écrit le Pape dans sa récente exhortation apostolique Gaudete et Exsultate, revenant sur la dignité de chaque être humain. Elle se réfère en particulier à la partie dans laquelle François affirme que «la défense de l’innocent qui n’est pas né, par exemple, doit être claire, ferme et passionnée, parce que là est en jeu la dignité de la vie humaine, toujours sacrée… Mais est également sacrée la vie des pauvres qui sont déjà nés, qui se débattent dans la misère, dans l’abandon, dans l’exclusion, dans la traite des personnes, dans l’euthanasie cachée des malades et des personnes âgées privées de soin, dans les nouvelles formes d’esclavage, et dans toute forme d’exclusion.»

Le Groupe Sainte-Marthe, espace d’engagement de l’Église britannique contre la traite

La conférence épiscopale d’Angleterre et du Pays de Galles est depuis longtemps engagée en première ligne dans la lutte contre le trafic d’êtres humains et les formes modernes d’esclavage. Le cardinal Vincent Nichols préside le Groupe Sainte-Marthe, une alliance globale de responsables de la police, d’évêques et de communautés religieuses qui travaillent en collaboration avec la société civile dans la lutte contre ces plaies. Le groupe tire son nom de la résidence du Pape François, où les membres du réseau avaient séjourné avant de signer en 2014, en présence du Saint-Père, une déclaration d’engagement. Le Groupe compte actuellement des membres dans 30 pays. Rien qu’au Royaume-Uni, on estime que 13 000 personnes seraient victimes de la traite.

07 juin 2018, 17:24