Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape recevant la fondation Gravissimum Educationis Le Pape recevant la fondation Gravissimum Educationis  (Vatican Media)

François: l'éducation doit donner de l'espérance au monde global

Donner une «âme au monde global», lui insuffler de l’espérance: c’est la mission qu’assigne le Pape à la fondation Gravissimum Educationis, qu’il recevait en audience ce lundi matin, au Vatican.

Cette fondation a été fondée le 28 octobre 2015 par le Pape lui-même, à l’occasion du 50e anniversaire de la Déclaration du Concile Vatican II Gravissimum Educationis; elle œuvre dans le domaine éducatif, en soutenant des projets, en promouvant des études scientifiques, et favorisant la collaboration entre institutions éducatives. Elle organise ces jours-ci à Rome une rencontre sur le thème «éduquer, c’est transformer».

Faire réseau

«Ce n’est qu’en changeant l’éducation que l’on peut changer le monde», a assuré François dans le discours qu’il leur a adressé, avant de proposer quelques suggestions. La première d'entre elles: «faire réseau». Concrètement, cela veut dire «mettre ensemble les écoles et les universités pour renforcer l'initiative éducative et de recherche», «unir les connaissances, les sciences et les disciplines», «créer des lieux de rencontre et de dialogue au sein des institutions éducatives et les promouvoir à l'extérieur» pour faire face aux nombreux défis qui se posent aujourd'hui. Faire réseau c’est aussi «faire de l’école une communauté qui éduque», qui favorise les liens entre élèves et professeurs, ainsi que la réciprocité entre générations.

L'éducation au service de l'espérance

La mondialisation  a besoin d'espérance, car sans espérance, elle risque de se voir conditionner «aux intérêts économiques souvent éloignés d’une juste conception du bien commun». De même, il faut aujourd’hui «donner une âme au monde global», préconise le Pape, grâce à une «formation intellectuelle et morale qui sache favoriser les bonnes choses engendrées par la mondialisation et corriger celles qui sont négatives». Autant d’objectifs qui peuvent être atteints par le développement d’une recherche scientifique de qualité, et d’une écologie intégrale.

3 critères

Le Pape encourage le travail de la fondation, et lui en rappelle les trois critères essentiels : l’identité chrétienne, la qualité de l’étude et de la recherche et la quête du bien commun. «Un programme de pensée et d'action basé sur ces piliers solides peut contribuer, à travers l'éducation, à la construction d'un avenir où la dignité de la personne et la fraternité universelle sont les ressources globales auxquelles chaque citoyen du monde peut faire appel», a-t-il conclu.

25 juin 2018, 16:18