Cerca

Vatican News

Le Pape en visite dans une école publique de la périphérie romaine

Le Pape a effectué cet après-midi une nouvelle visite surprise dans le cadre des "Vendredi de la Miséricorde".

Ce vendredi 25 mai 2018, vers 16h, le Pape François, accompagné comme toujours par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, s’est rendu en visite à l’Institut Elisa Scala, une école publique de la périphérie sud-est de la capitale, accueillant des enfants dont les âges correspondent, dans le système éducatif français, à l’école maternelle et primaire.

Le Pape a visité le siège central de cet institut fondé dans les années 1950, et qui est maintenant réparti sur plusieurs sites. À son arrivée, dans une ambiance de grand étonnement et de joie, le Pape a été accueilli par la directrice, Claudia Gentili, et par environ 200 enfants, qui participaient à une manifestation sportive et théâtrale, "Nous... protagonistes!". Ils préparaient cet évènement depuis cinq mois, mais sans savoir que le Pape viendrait. Interrogée par nos collègues italiens, Claudia Gentili a décrit «la réaction d'incrédulité et de très grande émotion» des jeunes présents quand ils ont vu arriver «cette figure en blanc sous le soleil». «Les enfants et les parents présents n'y croyaient pas leurs yeux», a expliqué la directrice, très émue. 

L'école, un point de référence pour les jeunes

En visite encore une fois dans les périphéries, le Pape François a mis l'accent sur le rôle de l'école, en précisant qu’elle doit être un«lieu de rencontre, de croissance et de formation». Une phrase que le Pape a fait répéter cinq fois aux enfants. «Dans un quartier si isolé, si lointain, vraiment à la périphérie du monde, nous sommes le seul point de référence pour ces jeunes», explique la directrice. Cette rencontre a donc apporté beaucoup de force et d’encouragement pour les enseignants et les parents, pour continuer à construire une école qui puisse permettre aux jeunes de grandir «selon les valeurs de la légalité, du respect, de l’honnêteté», précise Claudia Gentili.

La directrice a raconté au Pape François l’histoire de cette institution qui depuis octobre est liée à celle de la famille Scala, dont la fille, Elisa, est décédé d’une leucémie foudroyante à l’âge de 11 ans. Elle était passionnée par les livres et les bibliothèques. Quand elle est décédée, ses parents ont proposé à l’école un projet pour réaliser son rêve : une salle pour les livres qui puisse être fréquentée par tous les enfants. Peu après, en décembre 2015, est née la bibliothèque d’Elisa, un espace à «remplir de livres». Ensuite a été lancée l’initiative “Donne un livre pour Elisa”, de la part de son papa Giorgio et de sa maman Maria, adressée à ceux qui veulent contribuer avec quelques libres offerts à la Bibliothèque d’Elisa.

Elisa a transmis sa passion des livres en héritage

Finalement, des milliers de livres ont été rassemblés, dans différentes langues, tous avec une dédicace pour Elisa. Il y en a aujourd’hui plus de 20 000, expédiés de toutes les régions d’Italie, d’Europe et même d’Australie, au point d’entrer dans le circuit des bibliothèques communales de Rome. L’Institut, il y a quelques mois, a obtenu l’autorisation de la Commune de Rome et du ministère de l’Instruction publique pour donner à cette école le nom de la petite Elisa.

Au cours de sa visite, le Pape a rencontré les parents d’Elisa qui lui ont montré les locaux de la bibliothèque, avec émotion. Le Saint-Père a passé quelques minutes avec eux, et il a donné quelques ouvrages à la bibliothèque, tous avec une dédicace pour Elisa.

Le Pape François a manifesté beaucoup de joie à participer à cette fête de l'école, se prêtant au jeu des photos de groupe. Après avoir salué la présidente, les professeurs, le personnel scolaire, les parents et les enfants, le Pape est retourné à la Maison Sainte-Marthe.

 

 

25 mai 2018, 17:00