Version Béta

Cerca

VaticanNews

Audience générale: le baptême permet de résister aux forces du mal

Lors de l’audience générale de ce matin, tenue sur la Place Saint-Pierre sous un soleil estival, le Pape François a poursuivi sa série d’enseignements sur le baptême, dont il resitué le sens «à la lumière de la Parole de Dieu», en montrant que ce sacrement donne des armes pour résister aux forces du mal et aux séductions mondaines.

Cyprien Viet - Cité du Vatican

«Le baptême est d’une façon toute particulière “le sacrement de la foi”, puisqu’il signe l’entrée sacramentelle dans la vie de foi», a expliqué le Pape François en citant le Catéchisme de l’Église catholique. Reprenant les termes de l’Évangile de Jean qui sont repris dans le parcours du catéchuménat, le Pape a rappelé que la foi consiste à se donner soi-même à Jésus en le reconnaissant comme «source d’eau pour la vie éternelle», «lumière du monde», «vie et résurrection». Ce parcours ne se vit pas seul, mais accompagné par la prière de toute l’Église, comme cela est manifesté notamment lors de la litanie des saints qui précède la prière d’exorcisme, et lors de l’onction des catéchumènes avec l’huile.

«Ce sont des gestes qui, depuis l’Antiquité, assurent ceux qui s’apprêtent à renaître comme enfants de Dieu que la prière de l’Église les assiste dans la lutte contre le mal, les accompagne sur la voie du bien, les aide à se soustraire au pouvoir du péché pour passer dans le royaume de la grâce divine» a expliqué François, rappelant que pour que ce sacrement soit efficace, la prière de toute l’Église est nécessaire et chaque chrétien doit donc y prendre part, sous une forme communautaire ou personnelle.

Un don pour résister contre l'Esprit du mal

«Le baptême n’est pas une formule magique, mais un don, un don de l’Esprit Saint qui permet à celui qui le reçoit de lutter contre l’Esprit du mal, qui est toujours présent car la vie chrétienne est toujours sujette à la tentation, surtout à la tentation de se séparer de Dieu, de sa volonté, de la communion avec lui, pour retomber dans les nœuds de la séduction humaine», a expliqué François. Mais le rite de l’onction d’huile permet «aux catéchumènes de lutter contre le mal et de le vaincre», comme pour les lutteurs des compétitions sportives antiques qui s’aspergeaient d’huile pour tonifier leurs muscles et échapper plus facilement à la prise de l’adversaire.

La vie chrétienne est parfois un combat fatigant, mais «nous devons savoir que la Mère Église prie, l’Église prie, pour que ses enfants, régénérés dans le baptême, ne succombent pas aux écueils du malin, mais les vainquent pour la puissance de la Pâque du Christ».

Le Pape François a enfin expliqué que «fortifiés par le Seigneur ressuscité, qui a défait le prince de ce monde, nous pouvons aussi répéter avec la foi de saint Paul : “Je peux tout en celui qui me donne la force”».

 

25 avril 2018, 11:46