Cerca

Vatican News
Des fleurs déposées en hommage à Arnaud Beltrame, devant la gendarmerie de Carcassonne. Des fleurs déposées en hommage à Arnaud Beltrame, devant la gendarmerie de Carcassonne.  (AFP or licensors)

Le Pape exprime ses condoléances après les attentats en France

François rend notamment hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s'était substitué à une otage et a été égorgé par le terroriste.

Le Salle de Presse du Saint-Siège a rendu public ce matin le message du Pape François, adressé à Mgr Alain Planet, évêque de Carcassonne et Narbonne, suite aux attentats survenus vendredi à Carcassonne et Trèbes :                                         

«Ayant appris les tragiques attentats survenus à Carcassonne et à Trèbes, faisant plusieurs victimes, je vous fais part de ma tristesse et je confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie, m’associant par la prière à la peine de leurs proches. Je salue particulièrement le geste généreux et héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a donné sa vie en voulant protéger des personnes. J’exprime ma sympathie aux blessés et à leurs familles, ainsi qu’à toutes les personnes touchées par ce drame, demandant au Seigneur de leur apporter réconfort et consolation. Je condamne à nouveau de tels actes de violence aveugle qui engendrent tant de souffrances, et demandant avec ferveur à Dieu le don de la paix, j’invoque sur les familles éprouvées et sur tous les Français le bienfait des Bénédictions divines.

François Pp. »

Vive émotion en France

Vendredi matin, un terroriste revendiquant son lien à l'organisation État Islamique avait tué le passager d'une voiture avant de procéder à une prise d'otages dans un supermarché de la petite ville de Trèbes, tuant trois personnes, dont un gendarme qui s'était volontairement substitué à une otage. Les enquêteurs cherchent toujours à déterminer les raisons du passage à l'acte de l'assaillant jihadiste et à trouver d'éventuelles complicités.

L'autopsie du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a mis en évidence des lésions par balles non létales et «révélé une plaie gravissime de la trachée et du larynx par arme blanche», autrement dit, il est mort d'un égorgement. L'officier de gendarmerie, qui aurait eu 45 ans en avril et devait se marier religieusement en juin, a succombé samedi à ses blessures. Sa mort a suscité une immense émotion et des hommages dans tout le pays pour ce militaire «tombé en héros». Un hommage national doit lui être rendu dans les prochains jours.

Le dernier attentat recensé sur le territoire français remontait au 1er octobre 2017. Deux jeunes filles avaient alors été assassinées près de la gare Saint-Charles, à Marseille. Depuis 2015, le terrorisme a fait plus de 230 morts en France.

 

26 mars 2018, 12:52