Cerca

Vatican News
Neuvième méditation spirituelle le 22 février 2018. Neuvième méditation spirituelle le 22 février 2018.  (ANSA)

Neuvième méditation des Exercices spirituels: Écouter la soif des périphéries

Dans sa neuvième méditation des Exercices spirituels, délivrée le 22 février à Arricia, le père José Tolentino Mendonça nous incite à écouter la soif de ceux qui vivent à la périphérie. En faisant cela, dit-il, «l'Église se redécouvrira».

Sœur Bernadette Mary Reis – Cité du Vatican

Garder les yeux ouverts pour voir ce qui se passe dans le monde est essentiel à la vie spirituelle, a conseillé le père Mendonça, lors de sa neuvième méditation délivrée à la Maison du Divin Maître, où le Pape François et la Curie romaine sont en retraite de Carême. «Sinon, nous devenons à l'aise et nous évitons notre responsabilité sociale». Or, la voix de Dieu devrait toujours nous confronter à la question primordiale: «Où est ton frère?»

Soif spirituelle et soif littérale

La question spirituelle de la soif resterait incomplète si elle ne nous rapprochait pas de «la soif littérale et élémentaire qui tourmente et limite l'existence de tant de nos contemporains», a poursuivi le prêtre portugais. 30% de la population mondiale n'a pas accès à l'eau potable à domicile. C'est une soif vécue par ceux de la périphérie qui appelle à «l'adoption urgente d'une authentique conversion des vies et des cœurs», a observé le père Mendonça.

Jésus vivait en périphérie

Jésus comprend ceux qui vivent à la périphérie. Il est né dans une périphérie de Bethléem, pas dans une grande ville. Il vivait à Nazareth, «un nom si insignifiant que c'est l'un des rares endroits en Palestine qui n'a jamais été cité nulle part dans l'Ancien Testament», a relevé le prédicateur. Le message de Jésus trouve donc son chemin dans la périphérie. Et comme cela a été rapporté dans la première conclusion de l'Evangile de Marc, même après sa résurrection, Jésus veut rencontrer les disciples «encore une fois dans la périphérie: ‘'Il va avant toi en Galilée’’» (Mc 16,7).

Le christianisme est une périphérie

Choisir «la périphérie est dans l'ADN du chrétien», a affirmé le père Mendonça. Dans toutes les époques et dans tous les lieux, c'est là que les chrétiens rencontrent et retrouvent Jésus. Ainsi, «le christianisme est une réalité périphérique .... Pour l'Église, la périphérie n'est pas un problème mais un horizon». Ce n'est qu'en se déplaçant hors de soi que l'Église peut découvrir une nouvelle ardeur missionnaire. De cette façon, «l'inouï arrive: ce n'est qu'en se retirant d'elle-même que l'Église peut se redécouvrir».

22 février 2018, 17:12