Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape, encensant la statue de la Vierge à l'Enfant, au début de la messe. Le Pape, encensant la statue de la Vierge à l'Enfant, au début de la messe.  (AFP or licensors)

Le Pape François : "pour repartir, regardons vers la Mère de Dieu"

En ce lundi 1er janvier 2018, où l’Église célèbre la Solennité de Sainte-Marie Mère de Dieu, le Pape François a présidé la messe pour la paix, en la basilique Saint-Pierre.

Manuella Affejee- Cité du Vatican.

Cette première célébration de l’année 2018, à laquelle ont assisté de nombreux fidèles, était toute entière tournée vers la Vierge Marie Theotokos (Mère de Dieu) ainsi définie par le Concile d’Ephèse, en 431. Il s’agit pour le Pape du «titre le plus important de la Vierge» ; ces paroles, que l’Eglise proclame depuis des siècles, contiennent «une splendide vérité sur Dieu et sur nous», a observé François dans son homélie. Elles signifient en effet que depuis son incarnation et pour toujours, «Dieu porte notre humanité attachée à Lui», et rappellent qu’Il est «proche de l’humanité comme un enfant de sa mère qui le porte en son sein».

Dans le sein de la Vierge Marie, «Dieu s’est fait petit, s’est fait matière, pour être non seulement avec nous, mais aussi comme nous». C’est en cela que réside la «nouveauté » avec laquelle s’ouvre cette année : l’homme «n’est plus orphelin, il est pour toujours fils». Proclamer que Marie est Mère de Dieu, a poursuivi le Pape, c’est savoir que «notre solitude est vaincue», que nous sommes les fils aimés et chéris du Père, que «l’humanité est (…) sacrée au Seigneur». «C’est pourquoi, servir la vie humaine c’est servir Dieu ; et toute vie, depuis celle qui est dans le sein de sa mère jusqu’à celle qui est âgée, souffrante et malade, à celle qui est gênante et même répugnante, doit être accueillie».

 

Contempler l'Enfant de la Crèche dans le silence

 

Le Saint-Père est ensuite revenu sur la seule phrase de l’Evangile du jour (Luc 2. 16-21) qui parle de Marie : «Elle gardait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur». Marie ne parle pas, elle garde le silence, et s’associe ainsi à son Fils : Lui le «Verbe, la Parole de Dieu», qui a choisi de se révéler dans un petit bébé «sans parole», «devant qui on se tait». «Cette petitesse silencieuse est le langage de sa royauté», a affirmé le Pape.

Pour François, c’est ce silence qui doit nous habiter lorsque nous contemplons la crèche, laissant ainsi «Jésus parler à notre cœur ». «Ménager chaque jour un moment de silence avec Dieu, c’est garder notre âme ; c’est garder notre liberté des banalités corrosives de la consommation et des étourdissements de la publicité, du déferlement de paroles vides et des vagues irrésistibles des bavardages et du bruit ».

 

La dévotion à Marie est une «exigence de la vie chrétienne»

 

Marie gardait «ces choses», nous dit l’évangéliste Luc : joies et souffrances, lumières et ténèbres, espérance et angoisse. Elle les a méditées et portées à Dieu dans le silence de son cœur priant. « Voilà les secrets de la Mère de Dieu », a conclu le Pape ; en ce début d’année, «nous ressentons le besoin de repartir du centre, de laisser derrière nous les fardeaux du passé», et le point de départ est devant nous : «la Mère de Dieu». C’est d’ailleurs ce que nous dit la solennité d’aujourd’hui : «pour avancer, il faut recommencer depuis la Crèche, de la Mère qui tient Dieu dans ses bras ». «Dans son cœur bat le cœur de l’Église», et c’est vers elle que nous devons regarder, a suggéré le Pape avec insistance.  Car, «en  regardant vers la Mère, nous sommes encouragés à laisser tant de boulets inutiles et à retrouver ce qui compte, la paix», a encore assuré le Pape, pour qui la dévotion à Marie n’est pas «une bonne manière spirituelle», mais bien «une exigence de la vie chrétienne».

«Le don de la Mère, le don de toute mère et de toute femme est très précieux pour l’Eglise, qui est mère et femme», a-t-il enfin relevé. «Parce que la foi ne se réduit pas seulement à une idée ou une doctrine, nous avons besoin, tous, d’un cœur de mère, qui sache regarder la tendresse de Dieu et les palpitations de l’homme ».

01 janvier 2018, 11:17