Version Béta

Cerca

VaticanNews
Jusqu'au 17 novembre, la COP 23, la conférence sur le changement climatique se tient à Bonn. Jusqu'au 17 novembre, la COP 23, la conférence sur le changement climatique se tient à Bonn. 

Message du Pape aux participants de la COP 23 à Bonn

Le Pape François encourage les participants de la COP 23, réunis à Bonn en Allemagne jusqu’au 17 novembre, à «propager une conscience responsable», à lutter contre le phénomène des changements climatiques dans un «esprit de collaboration et de proposition».

Par Manuella Affejee

Le Pape François a encouragé les participants de la COP 23, réunis à Bonn en Allemagne jusqu’au 17 novembre, à «propager une conscience responsable» et à lutter contre le phénomène des changements climatiques dans un «esprit de collaboration et de proposition».

Dans un message adressé au président des Iles Fidji, organisatrices de cette conférence sur le climat, le Souverain Pontife rappelle les objectifs de cette conférence parrainée par la Nations unies, qui poursuit une «autre phase importante de l’Accord de Paris (adopté le 12 décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre 2016, ndlr) : le processus de définition et de construction de lignes de conduite, de règles et de mécanismes institutionnels afin qu’il soit réellement efficace et en mesure de contribuer à la poursuite des objectifs complexes qu’il se fixe». «Dans un tel parcours, insiste le Pape, il est nécessaire de maintenir élevée la volonté de collaboration». François renouvelle à cet effet «l’invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète, Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous», à la mesure du défi environnemental majeur qui se pose à l’humanité, et «qui nous touche tous». (cf. Encyclique Laudato Si’ n.14).

Beaucoup d’efforts sont déployés pour chercher des solutions concrètes à la crise écologique, reconnait le Pape. Malheureusement, ceux-ci échouent souvent, pour plusieurs raisons : «la négation du problème, l’indifférence, la résignation ou la confiance aveugle en des solutions inadaptées».  «Evitons de tomber dans ces quatre attitudes perverses», met en garde le Pape, car «elles n’aident certainement pas la recherche honnête et le dialogue sincère et fructueux sur la construction de l’avenir de notre planète».

Cette construction ne peut d’ailleurs se limiter à des solutions techniques ou économiques, certes nécessaires, mais qui ne suffisent pas. Pour le Pape, il est en effet «essentiel et juste de prendre attentivement en considération les aspects et les impacts éthiques et sociaux du nouveau paradigme de développement et de progrès à court, moyen et long terme».

Dans cette optique, poursuit-il, une plus grande attention doit être accordée «à l’éducation et aux styles de vie empreints d’une écologie intégrale, capables d’assumer une vision de recherche honnête et de dialogue ouvert où les différentes dimensions de l’Accord de Paris s’entrecroisent». En d’autres termes, il s’agit de faire se propager une «conscience responsable envers notre maison commune, à travers la contribution de tous».

«Que ces jours de travaux soient animés du même esprit de collaboration et de proposition manifesté durant la COP 21, conclut le Pape. Ceci permettra d’accélérer la prise de conscience et de consolider la volonté d’adopter des décisions réellement efficaces  pour lutter contre le phénomène des changements climatiques », ses corollaires, et conséquences.

16 novembre 2017, 16:55