Version Béta

Cerca

VaticanNews
Famille soudanaise Famille soudanaise  (AFP or licensors)

Le prieur de Taizé au chevet des populations du Soudan du Sud

Frère Aloïs a visité, pendant une semaine, les habitants de Juba, la capitale du Soudan du Sud et de Rumbek, au centre du pays.

(RV) Entretien- C’est un conflit oublié, qui se déroule loin des caméras : celui qui ravage le Soudan du Sud, le plus jeune Etat au monde. Depuis décembre 2013, deux ans après l’indépendance, le pays riche en pétrole est déchiré par une guerre fratricide entre le président Salva Kiir et son ex-vice-président Riek Machar. Ce conflit a fait fuir près plus de 3,5 millions d’habitants, à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Malgré des cessez-le-feu répétés, les exactions ne cessent de se multiplier. Dans un rapport publié en mars dernier, l’ONU dénonçait «un nettoyage ethnique». C’est à la rencontre de ces populations, qui se sentent abandonnées, que s’est rendu frère Aloïs. Le prieur de Taizé vient en effet de passer, avec un autre frère, une semaine à Juba, la capitale et à Rumbek, au centre du pays.

A travers cette visite, Frère Aloïs souhaitait «toucher» du doigts cette réalité «pour mieux la comprendre». Il a ainsi rencontré les Eglises locales, visité un camp de déplacés de l’ONU et échangé avec une population très démunie. Dans ce contexte très sombre, Frère Aloïs dit avoir été touché par le courage et l’espérance des mères et des enfants qui offrent un témoignage exceptionnel.

Entretien avec Frère Alois, Prieur de Taizé

La communauté de Taizé accompagne le pays depuis son indépendance notamment à travers des visites dans le pays. Elle accueille également depuis deux ans de jeunes réfugiés venant du Soudan du Sud.

18 octobre 2017, 17:53