Recherche

Vatican News

Le Pape prie pour ceux qui travaillent dans les médias et l'éducation

Lors de la messe célébrée ce mercredi 1er avril en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a tourné ses pensées vers les journalistes, les communicants, et aussi les personnes s’occupant d’enfants. Dans son homélie, il a rappelé que le disciple de Jésus est un homme libre, un homme de Tradition et de nouveauté, car il se laisse guider par l'Esprit Saint et non par des idéologies.

Vatican News

La messe s’est ouverte par la lecture de l’antienne de ce mercredi de la 5e semaine de Carême: "Tu me délivres de tous mes ennemis, tu me fais triompher de l'agresseur, tu m'arraches à la violence de l'homme" (Ps 17). Puis le Saint-Père a formulé l’intention de prière suivante:

«Aujourd'hui, je voudrais que nous priions pour tous ceux qui travaillent dans les médias, qui travaillent en ce moment à communiquer, pour que les gens ne se retrouvent pas si isolés; pour l'éducation des enfants, pour l'éducation, pour les aider à supporter ce temps de fermeture».

Dans son homélie, François a commenté l'Évangile, issu de saint Jean (Jn 8, 31-42), dans lequel Jésus dit aux Juifs : "Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres". Le Pape s’est arrêté sur le sens du mot «disciple».

Vous trouverez ci-dessous le texte de l'homélie selon l'une de nos transcriptions:

«Ces jours-ci, l'Église nous fait écouter le huitième chapitre de Jean : il y a cette discussion si forte entre Jésus et les docteurs de la loi. Et surtout, ils essaient de montrer leur propre identité: Jean essaie de nous rapprocher de cette lutte menée pour clarifier leur propre identité, celle de Jésus et celle des docteurs. Jésus les pousse dans leurs retranchements en leur montrant leurs contradictions. Et ils ne trouvent finalement pas d'autre issue que l'insulte: c'est l'une des pages les plus tristes, c'est un blasphème. Ils insultent la sainte Vierge.

Mais parlant d'identité, Jésus dit aux Juifs qui ont cru en Lui, il leur conseille: «Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples». Il revient à ce mot si cher au Seigneur qu'il le répètera de nombreuses fois, même lors de la cène: demeurer. «Demeurez en moi». Demeurer dans le Seigneur. Il ne dit pas: «Étudiez bien, apprenez bien les arguments», il considère que cela va de soi. Mais il va à la chose la plus importante, celle qui est la plus dangereuse pour la vie, si vous ne le faites pas: demeurer. «Demeure dans ma parole». Et ceux qui restent dans la parole de Jésus ont leur propre identité chrétienne. Et quelle est-elle? «Vous êtes vraiment mes disciples». L'identité chrétienne n'est pas une carte qui dit "je suis chrétien", une carte d'identité : non. C'est le fait d’être disciple. Toi, si tu restes dans le Seigneur, dans la Parole du Seigneur, dans la vie du Seigneur, tu seras disciple. Si vous ne restez pas, vous serez celui qui sympathise avec la doctrine, qui suit Jésus comme un homme qui fait tant de bonnes œuvres, qui est si bon, qui a de justes valeurs, mais le fait d'être disciple est la véritable identité du chrétien.

Et c'est le fait d'être disciple qui nous donnera la liberté: le disciple est un homme libre parce qu'il demeure dans le Seigneur. Et "demeurer dans le Seigneur", qu'est-ce que cela signifie? Se laisser guider par l'Esprit Saint. Le disciple se laisse guider par l'Esprit, c'est pourquoi le disciple est toujours un homme de tradition et de nouveauté, c'est un homme libre. Un homme libre. Jamais soumis à des idéologies, à des doctrines au sein de la vie chrétienne, des doctrines qui peuvent être discutées ... demeure dans le Seigneur, c'est l'Esprit qui inspire. Lorsque nous chantons à l'Esprit, nous lui disons qu'il est un hôte de l'âme, qui habite en nous. Mais cela, seulement si nous demeurons dans le Seigneur.

Je demande au Seigneur de nous faire connaître cette sagesse de demeurer en Lui et de nous faire connaître cette familiarité avec l'Esprit: l'Esprit Saint nous donne la liberté. Et cela, c’est l'onction. Celui qui reste dans le Seigneur est un disciple, et le disciple est un oint, un oint par l'Esprit, qui a reçu l'onction de l'Esprit et la porte autour de lui. C'est le chemin que Jésus nous montre pour la liberté et aussi pour la vie. Et le fait d’être disciple est l'onction que reçoivent ceux qui demeurent dans le Seigneur.

Que le Seigneur nous fasse comprendre cela, qui n'est pas facile: parce que les docteurs ne l'ont pas compris, on ne le comprend pas seulement avec la tête; on la comprend avec la tête et le cœur, cette sagesse de l'onction du Saint-Esprit qui fait de nous des disciples».

Le Pape François a conclu cette messe par un temps d’adoration et la  bénédiction eucharistique, en invitant les fidèles à faire la communion spirituelle. Voici la prière récitée par le Pape :

«Mon Jésus, je t’adore dans le Saint-Sacrement de ton amour, désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que t’offre mon cœur. En attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, Ô mon Jésus, pour que je vienne à Toi. Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et pour la mort. Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il.»

Avant que le Pape ne quitte la chapelle, dédiée au Saint-Esprit, l’antienne mariale Ave Regina Caelorum a été chantée.

01 avril 2020, 08:28
Tout lire >