Recherche

Vatican News

Pape François: que Dieu convertisse ceux qui trahissent comme Judas

Lors de la messe à Sainte Marthe, François a prié le Seigneur de toucher le cœur de ceux qui cherchent à exploiter des personnes dans cette crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Dans l'homélie, il a parlé de la trahison de Judas, de ceux qui vendent des gens, même des êtres chers, pour leur profit personnel.

Le Pape François a célébré la messe à la Maison Sainte-Marthe en ce mercredi de la Semaine Sainte. En introduisant la célébration, il a prié pour la conversion de ceux qui exploitent des personnes dans le besoin en ce moment.

«Prions aujourd'hui pour les personnes qui, en cette période de pandémie, font du commerce avec les nécessiteux : elles profitent des besoins des autres et les vendent. Les mafieux, les usuriers et bien d'autres… Que le Seigneur touche leur cœur et les convertisse.»

Dans son homélie, François a commenté l'Évangile de Matthieu (Mt 26, 14-25), qui nous parle de la trahison de Judas. Même aujourd'hui, a dit le Pape, il y a des Judas, des gens qui trahissent même leurs proches, en les vendant pour leurs propres intérêts. Aujourd'hui encore, il y a des gens qui veulent servir Dieu et l'argent, des exploiteurs cachés, apparemment impeccables socialement, mais qui font du commerce avec les gens: ils vendent leurs voisins. Judas a laissé des disciples, des disciples du diable. Judas était attaché à l'argent: celui qui aime trop l'argent, trahit. Mais il est trahi par le diable, qui est un mauvais payeur et part en désespoir de cause. Et il finit par se pendre. Le Pape a pensé aux nombreux Judas institutionnalisés qui exploitent aujourd'hui les gens et aussi au petit Judas qui est en nous: chacun de nous a la possibilité de trahir, pour de l'argent ou des biens.

Traduction complète de l’homélie

«Le Mercredi Saint est également appelé "mercredi de la trahison", le jour où la trahison de Judas est soulignée dans l'Église. Judas vend le Maître.

Quand on pense à la vente des gens, il nous vient à l'esprit le commerce fait avec les esclaves d'Afrique pour les amener en Amérique - une vieille chose - puis le commerce, par exemple, des filles Yézidies vendues à Daech. Même aujourd'hui, les gens sont vendus. Tous les jours. Il y a des Judas qui vendent leurs frères et sœurs, les exploitant dans leur travail, ne payant pas la bonne somme d'argent, ne reconnaissant pas leurs devoirs... Au contraire, ils vendent beaucoup de fois les choses les plus chères.

Pour être plus à l'aise, certains croient pouvoir emmener leurs parents et ne plus les voir, les mettre dans un endroit sûr et ne pas aller les voir... ils vendent. Il existe un dicton très répandu qui, en parlant de gens comme ça, dit que "celui-ci est capable de vendre sa mère" : et il la vend. Maintenant qu'ils sont calmes, ils sont partis : "Prenez soin d'eux ...".

Aujourd'hui, le commerce humain est comme au début : il est fait. Pourquoi ? Parce que Jésus l'a dit. Il a donné de l'argent à un seigneur. Jésus a dit : "Vous ne pouvez pas servir Dieu et l'argent", deux seigneurs. C'est la seule chose que Jésus met en place et chacun de nous doit choisir : soit vous servez Dieu, et vous serez libres dans le culte et le service, soit vous servez l'argent, et vous serez esclaves de l'argent. C'est l'option choisie et beaucoup de gens veulent servir Dieu et l'argent. Et cela ne peut être fait. En fin de compte, ils prétendent servir Dieu pour servir l'argent. Ce sont les exploiteurs cachés qui sont socialement impeccables, mais sous la table ils font du commerce, même avec les gens : peu leur importe. L'exploitation humaine consiste à vendre les autres.

Judas est parti, mais il a laissé des disciples, qui ne sont pas ses disciples mais le diable. On ne sait pas comment était la vie de Judas. Un garçon normal, peut-être, et même avec de l'anxiété, car le Seigneur l'a appelé à être un disciple. Il n'a jamais réussi à être un disciple: il n'avait ni la bouche d'un disciple ni le cœur d'un disciple, comme nous l'avons lu dans la première lecture. Il était faible en tant que disciple, mais Jésus l'aimait... Alors l'Evangile nous fait comprendre qu'il aimait l'argent : chez Lazare, quand Marie a oint les pieds de Jésus avec ce parfum coûteux, il a fait la réflexion et Jean a souligné : "Mais il ne l'a pas dit parce qu'il aimait les pauvres : il l’a dit parce que c'était un voleur". L'amour de l'argent l'avait fait sortir des règles, voler, et de voler à trahir il n’y a qu’un pas. Qui aime trop l'argent trahit pour en avoir plus, toujours : c'est une règle, c'est un fait. Le garçon Judas, peut-être bon, avec de bonnes intentions, finit par être un traître au point d'aller au marché pour vendre : "Il est allé voir les chefs des prêtres et leur a dit : "Combien voulez-vous me donner pour que je vous le donne, directement ?” À mon avis, cet homme était complètement fou.

Une chose qui attire mon attention, c'est que Jésus ne lui dit jamais "traître" ; il dit qu'il sera trahi, mais il ne lui dit pas "traître". Il ne dit jamais : "Va-t'en, traître." Jamais ! En fait, il dit "ami" et il l'embrasse. Le mystère de Judas... Comment est le mystère de Judas ? Je ne sais pas... Don Primo Mazzolari l'a mieux expliqué que moi... Oui, cela me réconforte de contempler ce chapiteau de Vézelay (un sculpture représentant le corps de Judas porté par Jésus, ndlr) : comment Judas a-t-il fini ? Je ne sais pas. Jésus menace fortement, ici ; il menace fortement : "Malheur à cet homme par lequel le Fils de l'homme est trahi : il vaudrait mieux pour cet homme qu'il ne soit jamais né ! Mais cela signifie-t-il que Judas est en enfer ? Je ne sais pas. Je regarde le chapiteau. Et j'entends la parole de Jésus : "Ami". Mais cela nous fait penser à autre chose, qui est plus réel, plus réel qu'aujourd'hui: le diable est entré dans Judas, c'est le diable qui l'a conduit jusqu'ici. Et comment l'histoire s'est-elle terminée ? Le diable est un mauvais payeur, il n'est pas un payeur fiable. Il vous promet tout, vous fait tout voir et, à la fin, il vous laisse seul dans votre désespoir de vous pendre. 

Le cœur de Judas, agité, tourmenté par la cupidité et tourmenté par l'amour pour Jésus, un amour qui n'a pas réussi à faire de l'amour, tourmenté par ce brouillard, retourne vers les prêtres en demandant le pardon, en demandant le salut. "Quel rapport avec nous ? C'est ton affaire..." : Le diable parle comme ça et nous laisse dans le désespoir.

Pensons à tant de Judas institutionnalisés dans ce monde, qui exploitent les gens. Et pensons aussi au petit Judas que chacun d'entre nous a en lui à l'heure de choisir : entre la loyauté ou l'intérêt. Chacun d'entre nous a la capacité de trahir, de vendre, de choisir dans son propre intérêt. Chacun de nous a la possibilité de se laisser attirer par l'amour de l'argent ou des biens ou par le bien-être futur. "Judas, où es-tu ?" Mais la question que je pose à chacun d'entre nous : "Toi, Judas, le petit Judas en moi : où es-tu ?”»

Avant que le Pape ne quitte la chapelle, l’antiphone mariale Ave Regina Caelorum a été chantée: «Salut, Reine des cieux ! Salut, souveraine des anges ! Salut, tige de Jessé ! Salut, porte d’où la lumière s’est levée sur le monde ! Réjouis-toi, Vierge glorieuse, qui l’emportes sur toutes en beauté ! Adieu, ô toute belle, et prie le Christ pour nous».

 

 

08 avril 2020, 08:20
Tout lire >