Recherche

Vatican News

Messe à Sainte-Marthe: le Pape prie pour la paix dans les familles en ces temps difficiles

Lors de la messe à la Maison Sainte-Marthe samedi 14 mars, François a prié en particulier pour les familles afin qu'en ces temps difficiles, elles gardent la paix, la joie et la force. Une prière spéciale également pour les personnes handicapées. Dans son homélie, il commente la parabole du fils prodigue.

Lors de cette sixième messe diffusée en direct de la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a continué à prier pour les malades du Covid-19, avec une pensée particulière pour les familles, et notamment les personnes handicapées.

La paix dans les familles

«Les familles qui, du jour au lendemain, se retrouvent avec leurs enfants à la maison parce que les écoles sont fermées pour des raisons de sécurité et qu'elles doivent gérer une situation difficile et la gérer correctement, dans la paix et aussi dans la joie», a détaillé François, assurant penser aux personnes handicapées, «dont les centres d’accueil de jour sont fermés».

«Prions pour les familles afin qu'elles ne perdent pas la paix en ce moment».

Dans son homélie, le Saint-Père a commenté la parabole de Jésus sur le fils prodigue et le père miséricordieux, proposée par la liturgie du jour (Lc 15, 1-3. 11-32). Une parabole racontée par Jésus en réponse aux pharisiens et aux scribes s’indignant de son accueil réservé aux publicains et aux pécheurs.

Beaucoup d’hôteliers se croient maîtres

Et le Pape François d’assimiler cette attitude à celle, indignée, du fils aîné resté tant d’années avec son père, sans pécher, face aux frasques du plus jeune, qui est, lui, accueilli chaleureusement à son retour. De la même manière, «beaucoup d’hôteliers de la maison de l’Église s’en croient les maîtres», a relevé le Saint-Père.

«C’est intéressant que le père ne dise pas un mot au fils qui revient du péché, mais se contente de l’embrasser et de lui offrir un festin.» Et François de se souvenir des paroles sages d’un prêtre âgé en son temps à l’égard d’un plus jeune, très croyant, très sûr de lui: «Je prie pour que le Seigneur lui mette une peau de banane et le laisse glisser, cela lui fera du bien», une façon de demander pardon et de retrouver le Père.     

«Beaucoup aujourd'hui critiquent les gens de l'Église, ceux qui s'adressent aux personnes dans le besoin, les gens humbles, les gens qui travaillent, même ceux qui travaillent pour nous. Que le Seigneur nous donne la grâce de comprendre quel est le problème. Le problème est de vivre à la maison mais de ne pas se sentir chez soi, car il n'y a pas de relation de paternité, de fraternité, seulement une relation entre collègues de travail», a ainsi conclu François.

 

14 mars 2020, 09:22
Tout lire >