Cerca

Vatican News
Le Pape lors de la messe à Sainte Marthe ce lundi 12 novembre 2018 Le Pape lors de la messe à Sainte Marthe ce lundi 12 novembre 2018  (Vatican Media)

Homélie à Sainte-Marthe: L’évêque est un serviteur et non un prince

Le Pape a esquissé le profil de l’évêque, qui doit être « humble et doux », dans son homélie prononcée ce lundi matin dans la chapelle de la résidence Sainte-Marthe, alors que l’Église fait mémoire de saint Josaphat, évêque et martyr.

Benedetta Capelli - Cité du Vatican

C’est la première lecture, la lettre de saint Paul apôtre à Tite, qui a guidé la réflexion du Pape qui a évoqué la figure de l’évêque dans ses moindres détails. Une manière selon lui, de définir les critères servant à mettre de l’ordre dans l’Église.

Au début fut le désordre

Car, l’Église catholique est née certes dans la « ferveur » mais également dans «le désordre». «Il existe toujours de la confusion, c’est la force de l’Esprit Saint. Il ne faut pas s’effrayer devant le désordre, car c’est un beau signe» a affirmé François qui souligne combien depuis les premiers temps de l’Église, des «choses admirables» ont été accomplies.

Mais si «l’Église n’est pas née bien ordonnée, bien organisée, sans problème, ni confusion», François admet qu’il faut mettre de l’ordre dans la confusion. «Les choses doivent être organisées». Il cite en particulier le premier Concile de Jérusalem organisé pour réfléchir et se positionner par rapport à la question en débat à l’époque sur le salut des non-juifs.

L’Évêque, administrateur de Dieu et non de biens.

Et parce que de l’ordre est nécessaire, Paul laisse Tite à Crète, en lui rappelant que «la première chose est la foi». Ce faisant, le saint donne des critères et des instructions sur la figure de l’évêque qui doit être un «administrateur de Dieu», et non des biens matériels et du pouvoir. «L’évêque doit toujours se corriger en se posant cette question : suis-je un administrateur de Dieu ou un homme d’affaires ?». En tant qu’administrateur de Dieu, il doit être «irréprochable», poursuit François. C’est d’ailleurs cette parole même, «irréprochable», que Dieu a adressée à Abraham lorsqu’il lui a dit : «marche en ma présence et sois irréprochable». C’est une parole fondamentale, celle d’un chef, estime le Pape.

Le profil de l’évêque

Le Saint-Père rappelle également les écueils à éviter pour l’évêque. Il ne doit se montrer ni arrogant, orgueilleux ou colérique. Il ne doit pas s’adonner à la boisson alcoolisée, un des vices les plus pratiqués à l’époque de saint Paul. Il lui faut aussi résister à la tentation de l’argent. Il ne doit pas y être attaché ou être un homme d’affaires. «Un évêque de ce genre, même s’il n’avait qu’un seuls de ces défauts  est une calamité pour l’Église» a affirmé François.

Le Pape oppose à ces vices une série de qualités selon lui nécessaires au serviteur de Dieu. Il doit être capable d’offrir son hospitalité, «être amoureux du bien», «raisonnable, juste, saint, patron de soi, fidèle à la Parole qui lui a été enseignée». C’est ainsi que doit être l’évêque.

Le Pape estime ainsi que «lorsque des enquêtes sont conduites afin de nommer un évêque, ces questions devraient être posées, dès le début, pour savoir si d’autres évaluations doivent être ensuite menées». Car, rappelle François, c’est la Parole de Dieu qui proclame que l’évêque doit être un serviteur humble et doux, non un prince. Et cela ne remonte pas au Concile Vatican II, mais à saint Paul : «ce n’est pas une nouveauté post-conciliaire, mais cela remonte aux débuts de l’Église quand celle-ci s’est rendue compte qu’elle devait s’organiser», précise le Pape.

«Dans l’Église, on ne peut mettre de l’ordre sans ce type d’évêques», estime François. Ce qui compte devant Dieu, ce n’est pas d’être sympathiques ou de bien prêcher, mais l’humilité et le service. Le Pape a enfin évoqué la mémoire de saint Josaphat, évêque et martyr, en demandant de prier pour les évêques afin qu’ils se montrent dignes du profil que dessinait déjà saint Paul.

12 novembre 2018, 12:41
Tout lire >