Version Béta

Cerca

Vatican News
La messe du 26 octobre 2018 à la Maison Sainte-Marthe. La messe du 26 octobre 2018 à la Maison Sainte-Marthe.  (Vatican Media)

Homélie à Sainte-Marthe: la paix est un chemin d’humilité, de douceur et de magnanimité

Lors de la messe de ce matin à la Maison Sainte-Marthe, le Pape François a invité à «faire» et à «consolider» l’unité dans le monde d’aujourd’hui, dans lequel même les institutions internationales «se sentent incapables de trouver un accord» pour la paix.

Giada Aquilino – Cité du Vatican

La voie pour trouver la paix dans le monde passe par l’humilité, la douceur et la magnanimité, dans nos sociétés mais aussi dans nos familles. Le Pape l’a mis en évidence lors de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe. En réfléchissant sur la Première Lecture du jour, tirée de la Lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens. François a rappelé que Paul, depuis la solitude de la prison, avait adressé aux chrétiens un véritable «hymne à l’unité», en appelant à la «dignité de la vocation».

Depuis sa prison, Paul remarquait que les chrétiens s’étaient trop occupés de leurs luttes internes, alors que Jésus, avant de mourir, lors de la dernière Cène, avait demandé «la grâce de l’unité pour nous tous». Et pourtant, a regretté François, nous sommes désormais habitués «à respirer l’air des conflits» : chaque jour, à la télévision et dans les journaux, on parle des conflits. Et même si «des pactes se font» pour arrêter un conflit, ensuite ces accords sont défaits. De cette façon, «la course aux armements, la préparation aux guerres, à la destruction», ne font qu’empirer.

«Même les institutions mondiales, aujourd’hui nous le voyons, créées avec la meilleure volonté d’aider l’unité de l’humanité, la paix, se sentent incapables de trouver un accord : il y a un veto ici, un intérêt là… Et elles ont des difficultés à trouver des accords de paix. Et dans le même temps, les enfants n’ont pas à manger, ne vont pas à l’école, ne sont pas éduqués, il n’y a pas d’hôpitaux parce que la guerre détruit tout. Il y a une tendance à la destruction, à la guerre, à la désunion. C’est la tendance que sème dans le cœur notre ennemi, le destructeur de l’humanité : le diable. Paul, dans cet extrait, nous enseigne le chemin vers l’unité, qui lui dit : “L’unité est couverte, elle est blindée, nous pouvons dire, avec le lien de la paix”. La paix porte à l’unité.»

Ouvrir le cœur

Le Pape a donc lancé un appel à un comportement digne de l’appel reçu : «Pour faire la paix, l’unité entre nous, “humilité, douceur – nous qui sommes habitués à nous insulter, à nous crier dessus… douceur – et magnanimité”. Laisse tomber, mais ouvre le cœur. Mais peut-on faire la paix dans le monde avec ces trois petites choses ? Oui, c’est le chemin. On peut arriver à l’unité ? Oui, ce chemin: “Humilité, douceur et magnanimité”. Et Paul est pratique, et il continue avec un conseil très pratique: “en vous supportant les uns les autres dans l’amour”. En nous supportant les uns les autres. Ce n’est pas facile, il y a toujours le jugement qui sort, la condamnation, qui mène à la séparation, à la distance…»

Une entente depuis le début

«Le diable est heureux» quand un distance s’établit entre les membres d’une même famille, car c’est «le début de la guerre». Le conseil est alors de «supporter», parce que nous tous nous donnes des motifs de lassitude, d’impatience, parce que «nous tous nous sommes pécheurs, nous tous nous avons nos défauts». Saint Paul a recommandé «de conserver l’unité de l’esprit par le moyen du lien de la paix», certainement sous l’inspiration des paroles de Jésus dans la dernière Cène : «un seul corps et un seul esprit». Ensuite, «il avance et nous fait voir l’horizon de la paix, avec Dieu, comme Jésus nous a fait voir l’horizon de la paix dans la prière : “Père, que nous soyons un, comme Toi et moi.” L’unité.» François a rappelé enfin que dans l’Évangile de Luc proclamé aujourd’hui, Jésus conseille de trouver un accord avec notre adversaire «le long de la route» : un «beau conseil», a commenté le Pape, parce qu’il «n’est pas difficile de trouver un accord au début du conflit».

«Le conseil de Jésus : mets-toi d’accord au début, faire la paix au début : ceci est humilité, douceur, magnanimité. On peut construire la paix dans le monde entier avec ces petites choses, parce que ces attitudes sont l’attitude de Jésus : humble, doux, il pardonne tout. Le monde d’aujourd’hui a besoin de paix, notre société a besoin de paix. Commençons à la maison à pratiquer ces choses simples : magnanimité, douceur, humilité. Allons de l’avant sur cette route : toujours faire l’unité, consolider l’unité. Que le Seigneur nous aide sur ce chemin.»

26 octobre 2018, 13:06
Tout lire >