Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le Pape célébrant la messe du 14 mai 2018 à la Maison Sainte-Marthe. Le Pape célébrant la messe du 14 mai 2018 à la Maison Sainte-Marthe.  (Vatican Media)

Le Pape à Sainte-Marthe: notre destin est de vivre en amis de Jésus

Lors de l’homélie de la messe à Sainte-Marthe de ce lundi 14 mai 2018, le Pape a rappelé que nous sommes appelés à vivre l’amitié avec Jésus.

Debora Donnini – Cité du Vatican

Nous avons reçu comme un destin et non pas par hasard, notre vocation d’amitié avec le Seigneur. Le Pape François l’a rappelé lors de la messe de ce matin à la Maison Sainte-Marthe. Sa réflexion s’est basée sur la Parole de ce jour, qui évoque la notion du destin, du sort.

Notre destin, c’est de vivre en amis de Jésus

«Nous avons reçu ce don comme un destin, l’amitié du Seigneur, et ceci est notre vocation : vivre comme des amis du Seigneur (…). Nous tous, chrétiens, nous avons reçu ce don : l’ouverture, l’accès au cœur de Jésus, à l’amitié de Jésus. Nous avons reçu en destin le don de ton amitié. Notre destin est d’être tes amis. C’est un don que le Seigneur conserve toujours, et Lui, il est fidèle à ce don.», a expliqué le Pape François.

Jésus ne renie pas son amitié, même pas avec celui qui trahit

Souvent, pourtant, nous ne le sommes pas et nous nous éloignons «avec nos péchés, avec nos caprices», mais «Lui, Il est fidèle à l’amitié». Jésus donc, comme le rappelle l’Évangile du jour, ne nous appelle plus «serviteurs» mais «amis», et Il conserve cette parole jusqu’à la fin parce qu’Il est fidèle. Même avec Judas : la dernière parole qu’il lui adresse, avant la trahison, c’est «ami». Il ne lui dit pas de s’en aller.

«Jésus est notre ami. C’est Judas qui, comme il est écrit ici, est allé vers son sort nouveau, par son destin qu’il a choisi librement, il s’est éloigné de Jésus. Et l’apostasie, c’est ça : s’éloigner de Jésus. Un ami qui devient ennemi ou un ami qui devient indifférent ou un ami qui devient traître.»

Rester dans l’amitié avec Jésus, reçue en don

À la place de Jésus, comme le raconte la Première Lecture, Matthias est donc tiré au sort «pour être témoin de la Résurrection», «témoin de ce don d’amour». «L’ami est celui qui partage justement tous les secrets» avec l’autre, a rappelé le Pape. «Je vous appelle amis parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître à vous», dit Jésus dans l’Évangile. Il s’agit donc d’une amitié que «nous avons reçu en sort, c’est-à-dire comme un destin», comme Judas et Matthias l’avaient reçu.

«Pensons à cela : Lui, Il ne renie pas ce don, il ne nous renie pas, il nous attend jusqu’à la fin. Et quand nous, par faiblesse, nous nous éloignons de Lui, Il attend, Il continue à dire : “Ami, je t’attend. Ami, que veux-tu ? Ami, pourquoi me trahis-tu avec un baiser ?”. Lui, Il est fidèle dans l’amitié et nous devons lui demander cette grâce de rester dans son amour, rester dans son amitié, cette amitié que nous avons reçu comme don, comme sort de sa part», a conclu le Saint-Père.

14 mai 2018, 12:05